Les Républicains : NKM sait que son maintien ne tient qu'à Sarkozy

le , mis à jour à 10:07
2
Les Républicains : NKM sait que son maintien ne tient qu'à Sarkozy
Les Républicains : NKM sait que son maintien ne tient qu'à Sarkozy

Voilà de quoi alimenter les supputations. Interrogée sur les rumeurs de son départ de la vice-présidence du tout nouveau «Les Républicains», Nathalie Kosciusko-Morizet confirme du bout des lèvres ce lundi qu'elle n'est pas sûre d'être maintenue au poste. «On verra», répond sobrement la conseillère de Paris au micro de RTL, laissant entendre que seul Nicolas Sarkozy pourrait en décider. Le président de son parti lui a-t-il fait comprendre qu'elle l'agaçait ? «Pas récemment», rétorque-t-elle sans pouvoir retenir un sourire gêné. Dans le même temps, sur RFI, son successeur supposé Luc Chatel n'a pas démenti, expliquant simplement que des annonces interviendraient «d'ici jeudi ou vendredi».

La numéro 2 de l'ex-UMP est très attachée à sa liberté de parole. Peut-être trop pour un Nicolas Sarkozy qui a à coeur de rassembler en vue de la présidentielle 2017. «Ecoutez, on verra bien ! Chacun a ses responsabilités. Je ne suis pas en charge de l'organigramme, c'est Nicolas Sarkozy qui est en charge de ça et c'est sûr qu'il y travaillera cette semaine», tente d'éluder NKM.

NKM a «mené (sa) mission à bien»

Son interlocuteur insiste sur la question de son avenir au sein des Républicains. «J'ai eu une mission, la réforme des statuts, j'étais heureuse de la mener à bien. Le défi de la parité, la féminisation des instances dirigeantes du parti. Franchement, ce n'était pas inscrit dans l'ADN de ma famille politique, je suis heureuse de l'avoir réussie. Cette mission là est terminée, il peut y en avoir d'autres», répond-elle. Et de prévenir : «Mais il ne faut pas que ça fasse un psychodrame à chaque fois qu'on exprime une opinion divergente.»

VIDEO. NKM et l'agacement de Sarkozy

Et d'enchaîner : «Il y aura une primaire en 2016, il y aura des échanges, des débats, un peu de bataille, c'est une bonne chose. Je défends beaucoup le principe de la primaire.» Cette primaire, c'est vrai, «n'est pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4958114 le lundi 1 juin 2015 à 10:47

    elle est comme sarko çà vaux pas grand chose !!

  • frk987 le lundi 1 juin 2015 à 10:26

    Pour l'UMP (je me refuse à les appeler les Ripoublicains) laissez donc la censure des personnes à la gauche et laissez l'entière liberté de parole...ce sera nettement plus intelligent. On dirait le PS en train de faire la chasse aux sorcières aux divergents du marxisme-léninisme.