Les Républicains : les zigzags d'Alain Juppé

le
2
Les Républicains : les zigzags d'Alain Juppé
Les Républicains : les zigzags d'Alain Juppé

La petite blague en vogue chez les Républicains ? « Le maire de Bordeaux se met au gros rouge qui tache ! » Agacé d'entendre Nicolas Sarkozy le traiter de « septuagénaire de gauche », Alain Juppé a amorcé un discret mais net virage sur l'aile droite. L'étiquette de candidat des bobos, de radical-socialiste chiraquien, de centriste, il n'en veut plus ! Exit donc les déclarations en faveur du mariage gay, d'une alliance avec François Bayrou ou ses tirades sur « l'identité heureuse », qui avaient pris à rebours une partie de l'électorat de droite. Voilà Juppé qui muscle son discours. « Il est dans une logique de droitisation », constate un dirigeant du parti.

Le contexte de menace terroriste et de préoccupation populaire sur les flux migratoires, d'abord, l'a contraint à accélérer, lui qui ne comptait aborder les questions régaliennes qu'en fin d'année. Ainsi l'a-t-on entendu ces jours-ci réclamer une réforme du droit du sol, un contrôle accru du droit d'asile, mais aussi la suppression de l'ISF, la retraite à 65 ans, et tenir des propos rappelant étrangement la phrase choc de Jacques Chirac en 1991 sur le travailleur français gêné par « le bruit et l'odeur » de ses voisins de palier... Sans parler de sa proposition martiale lundi de sortir la Grèce de la zone euro. « Je me souviens avec quelle véhémence il s'en était pris à moi, lors des élections européennes, quand j'avais évoqué l'idée que la Grèce ne tiendrait pas ! » égratigne Laurent Wauquiez.

Pressé de passer à l'offensive

Officiellement, les juppéistes réfutent tout changement de cap. « On lui fait toujours deux procès d'intention : dire qu'il n'ira pas jusqu'au bout du combat pour la présidentielle et d'être de gauche. Pour reprendre la célèbre formule de Chirac, ça lui en touche une sans faire bouger l'autre ! » lâche Hervé Gaymard.

Mais en off, les langues se délient. Un de ses fidèles avoue : « Les récentes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M156470 le samedi 11 juil 2015 à 08:16

    Si la Droite perd la présidentielle de 2017, les démocrates (j'en suis) sauront pourquoi !

  • M156470 le samedi 11 juil 2015 à 08:15

    Les zig-zags, sont normaux ...... s'il boit du gros rouge...