Les Républicains : Jacques Myard, un gaulliste en colère

le
0
Jacques Myard se veut le poil à gratter des Républicains.
Jacques Myard se veut le poil à gratter des Républicains.

« À cette primaire, il y a dix candidats centristes et deux gaullistes. » La sentence tombe. Et c'est Jacques Myard qui la profère. Député-maire des Yvelines et candidat inconnu à la primaire de la droite et du centre, il se voit comme le dernier défenseur de la souveraineté de la France, « ce pays vassalisé ». Et la candidature d'Henri Guaino ne perturbe pas son programme. « Je n'ai pas pour habitude de reculer, je suis en cohérence avec ce que j'ai toujours dit. »À 69 ans, Myard reste un fervent anti-européen. En 2005, il défend le « non » à la Constitution européenne, s'oppose au traité de Lisbonne de 2007, vote contre la ratification du pacte budgétaire européen en 2012... « Il faut changer de logiciel macro-économique. On a construit l'Union sur une utopie. Aujourd'hui, l'Europe est un fromage : on distribue des parts et on est envahis par les parasites ! » Pas étonnant qu'il voie d'un bon oeil le référendum sur le Brexit. « Pour la première fois, on pose le problème, on avoue qu'on s'est trompés. »

« Je suis le poil à gratter »

Autre « aberration », selon lui : l'euro. « Une monnaie unique pour des économies aussi disparates, ça ne peut pas marcher. » Il ajoute : « On ne va pas quitter l'euro, c'est l'euro qui va nous quitter. Mettez-vous ça dans la tête : à un moment, ça va péter. La crise est devant nous. » Une sorte d'effondrement...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant