Les Républicains : Fillon réorganise le parti

le , mis à jour à 06:51
0
Les Républicains : Fillon réorganise le parti
Les Républicains : Fillon réorganise le parti

À peine la victoire digérée, François Fillon n'a pas perdu de temps. Dès hier matin, le grand vainqueur de la primaire de la droite et du centre s'est attelé à réorganiser le parti les Républicains. Objectif à cinq mois de la présidentielle : mettre ses troupes en ordre de marche derrière lui. Alors, hier, tout au long de la journée, les têtes ont défilé dans son bureau de l'Assemblée nationale : de Gérard Larcher, le président du Sénat, à Nadine Morano, en passant par le sénateur Bruno Retailleau ou encore les députés Eric Woerth et Bernard Debré.

 

Angela Merkel l'a appelé pour le féliciter

 

Sans oublier le très sarkozyste Laurent Wauquiez, président par intérim du parti, qui pourrait perdre officiellement ce poste demain soir à l'occasion d'un bureau politique.

 

Hier, la rumeur de son remplacement par le filloniste Bernard Accoyer, ex-président de l'Assemblée, s'est répandue comme une traînée de poudre, mais à un poste différent : celui de secrétaire général.

 

François Fillon a cependant maintenu le suspense. « Rien n'est décidé. Je suis en train de consulter. Je ferai des annonces demain (Ndlr: mardi) en bureau politique », a-t-il seulement lâché, hier soir, sur France 2. Accoyer aurait cependant le profil idéal : « Il a un rôle de sage et connaît bien la machine depuis longtemps », observe un cadre du parti. Pendant la guerre Copé-Fillon, le député de Haute-Savoie avait également été un de ceux qui s'étaient très âprement investis pour sortir les Républicains de la crise. Reste que tout est encore possible. Fillon le jure, il y aura de la place pour tout le monde : « L'ensemble des forces qui ont participé à cette campagne seront représentées dans le parti », a-t-il rassuré, donnant ainsi des gages aux juppéistes et aux sarkozystes.

 

Une chose est sûre, l'homme-clé de son dispositif pendant la campagne, Patrick Stefanini, va succéder à Frédéric ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant