Les Républicains en ébullition après la candidature de Copé

le , mis à jour à 10:44
2
Les Républicains en ébullition après la candidature de Copé
Les Républicains en ébullition après la candidature de Copé

Nicolas Sarkozy présentant les grandes lignes du projet collectif en l'absence de ses rivaux, Jean-François Copé qui annonce sa candidature à la primaire, pendant que Jean-Pierre Raffarin affiche son soutien à Alain Juppé... le week-end a été riche en divisions chez les Républicains. Ce lundi matin, les proches de l'ancien chef de l'Etat tentent de valoriser le Conseil national qui s'est tenu, et les autres continuent de prendre leurs distances.  

«C'est une nouvelle génération qui doit émerger», selon Jean-François Copé. Sur BFMT TV, il a justifé sa toute nouvelle candidature à la primaire de la droite. «Si je suis candidat à la primaire, c'est parce que je veux convaincre les Français, leur dire que cette fois, la main ne tremble pas», a-t-il plaidé. «Les Français voient dans le regard d'un homme sa sincérité, son authenticité», a ajouté le député-maire de Meaux, qui a insisté pour rappeler qu'il n'était pas mis en examen dans l'affaire Bygmalion. «Je ne suis pas poursuivi et j'ai invité ceux qui m'avaient à ce point pointé du doigt, accusé, désigné pour bouc émissaire de bien méditer pour l'avenir alors qu'ils ne connaissaient pas du tout ce sujet et que c'était simplement une manière trop commode de désigner un coupable», a-t-il insisté. Il a répété ne pas avoir été au courant de quoi que ce soit. «Si j'avais eu la moindre alerte, naturellement je m'y serai opposé», a-t-il insisté. Par ailleurs, Jean-François Copé a proposé l'embauche de 50 000 policiers, gendarmes et magistrats, ainsi que la fin de l'emploi à vie des nouveaux entrants dans la fonction publique.

«Etre chef de parti tire Nicolas Sarkozy vers le bas», selon Henri Guaino. Inivté de France 2, le député LR des Yvelines, qui avait déconseillé à l'ancien chef de l'Etat de prendre la présidence des Républicains, persiste. «Son problème est qu'il est à la tête du parti. Il rassemble ceux qui crient le plus fort (...) et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • agavois1 il y a 10 mois

    Copé n'a pas retenu le leçon,ou n'a pas bien réalisé qu'il était indésirable...

  • fquiroga il y a 10 mois

    même pas peur.....(à moins que ce ne soit même pas honte...)