Les Républicains : chez les ténors, c'est la cacophonie

le , mis à jour à 10:41
0
Les Républicains : chez les ténors, c'est la cacophonie
Les Républicains : chez les ténors, c'est la cacophonie

Comment dire ? Élu républicain, députée républicaine, au risque de se croire aux Etats-Unis ? Maire ou sénatrice Les Républicains, au risque de faire de longues et poussives répétitions ? Depuis que l'UMP a validé son nouveau nom, devenant Les Républicains, on s'y perd un peu. Nadine Morano aussi. Interrogée ce lundi matin sur France Info, la pasionaria sarkozyste en bafouille. « Je suis Nadine européenne, euh Nadine Morano, députée européenne Les Républicains ».

A J+1, dimanche, les divisions en vue de la présidentielle avaient déjà fissuré la belle unité affichée au congrès refondateur de la droite, réserve faite des sifflets et des huées essuyées par François Fillon et Alain Juppé à la tribune samedi. « J'aurais aimé qu'on dise qu'il y a eu beaucoup de tonnerres d'applaudissements, soupire l'élue lorraine Les Républicains, donc. Je me rappelle de Nicolas Sarkozy qui avait été copieusement hué quand il était président du RPR et qui est devenu Président, alors... »

Samedi a été « une belle journée », martèle l'ancienne secrétaire d'Etat, « nous avons franchi une étape, avec un nouveau nom, une nouvelle équipe, de nouvelles propositions ». Morano se reprend : « Pour l'instant, la nouvelle équipe c'est le nouveau bureau politique qui a été élu par les militants » avance-t-elle, éludant la question de l'éviction attendue de Nathalie Kosciusko-Morizet, et probable de Laurent Wauquiez. «Chacun a sa liberté de parole», répond-elle à NKM, qui avait présenté la sienne comme une forme de différence. 

Pressenti pour reprendre la suite de l'une ou de l'autre, Luc Chatel se montre fidèle à sa ligne non partisane : « Nous avons montré samedi que la dynamique en marche, et notre volonté de rassemblement, d'élargir. Les Français sont exaspérés par la politique menée par le PS, ils ne croient pas au fond que le Front national soit une alternative pour eux», veut se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant