Les représentants des organisations juives reçus à l'Elysée

le
3
SELON LE CRIF, LES LIEUX JUIFS POURRAIENT FAIRE L'OBJET DE MESURES DE PROTECTION RENFORCÉES
SELON LE CRIF, LES LIEUX JUIFS POURRAIENT FAIRE L'OBJET DE MESURES DE PROTECTION RENFORCÉES

PARIS (Reuters) - Les organisations juives de France, reçues dimanche par François Hollande, ont demandé une vigilance à la mesure de ce qu'ils considèrent comme "une situation de guerre", notamment sur les réseaux sociaux et dans les prisons.

Une prise d'otages dans une supérette casher à Paris a fait quatre morts vendredi, deux jours après la fusillade à la rédaction du journal Charlie hebdo qui s'est soldée par la mort de 12 personnes.

L'émotion mondiale provoquée par cette série d'attaques devait s'exprimer dimanche après-midi lors d'une manifestation à Paris, en présence d'une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement.

"Nous avons dit notre tristesse et notre colère, nous avons évoqué un certain nombre de mesures urgentes à prendre", a déclaré Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

"Il nous a été dit que toutes les écoles, toutes les synagogues seraient protégées, si nécessaire, au-delà de la police par l'armée", a-t-il ajouté dans la cour de l'Elysée.

Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, a lui aussi jugé "fondamental" qu'une protection soit assurée "devant tous les lieux de la communauté juive".

"C'est très douloureux pour nous (...) d'entendre en 2015 en France, dans l'une des plus importantes démocraties du monde, que des juifs pourraient avoir peur", a-t-il dit.

PARTIR POUR ISRAËL ?

Roger Cukierman a demandé aux autorités de "travailler sur les réseaux satellites qui diffusent la haine des juifs sur des réseaux arabes".

"Il faut aussi que les prisons cessent d'être des lieux de formation de djihadistes, et puis si c'est nécessaire il faut que tous ceux qui sont supposés être des djihadistes sur le territoire national fassent l'objet de mesures préventives, peut-être électroniques", a-t-il ajouté. "Il faut que des mesures soient fortes parce que nous sommes dans une situation qui est une situation de guerre."

Interrogé sur la tentation de certains juifs de France de partir pour Israël, Roger Cukierman a dit "respecter leur décision". "Mais nous estimons que nous devons combattre en France contre tous les ennemis du judaïsme", a-t-il ajouté.

Sacha Riengewirtz, président de l'Union des étudiants juifs de France, a insisté sur l'importance de délivrer un message "plus fort que la terreur".

"'Je suis Charlie, je suis juif, je suis flic et nous sommes la République'. C'est le message que des milliers de personnes porteront aujourd'hui en ce temps d'unité nationale", a-t-il dit.

"J'ai retenu une phrase du président : aujourd'hui la France, aujourd'hui Paris est la capitale du monde, la capitale des libertés. Quand on attaque des juifs, quand on attaque des journalistes, c'est la démocratie qu'on veut assassiner, c'est la République qu'on veut frapper", a-t-il ajouté.

François Hollande se rendra à la grande synagogue de Paris après la manifestation républicaine, a annoncé l'Elysée.

(Elizabeth Pineau, avec Julien Ponthus, édité par Jean-Baptiste Vey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 72805271 le dimanche 11 jan 2015 à 13:39

    Les uns veulent partir pour la Syrie, très bien, qu'ils s'en aillent avec un billet sans retour, les autres veulent partir en Israel, pas de problème. Bon voyage à tous.

  • 35924358 le dimanche 11 jan 2015 à 13:21

    72805271 : Les représentants des religions doivent entendus car les Juifs (outre les journalistes et les policiers) ont été la cible des terroristes islamistes.

  • 72805271 le dimanche 11 jan 2015 à 13:13

    Stop les religieux, on ne veut même pas vous entendre.