Les reporters d'Al Djazira relâchés après un survol de drone

le
1

PARIS (Reuters) - Les trois journalistes de la chaîne qatarienne Al Djazira interpellés mercredi après avoir piloté un drone dans le bois de Boulogne, à Paris, ont été relâchés jeudi matin, a-t-on appris de source judiciaire.

Un seul, le pilote, sera convoqué devant le tribunal la semaine prochaine pour entendre sa condamnation dans le cadre d'une procédure de "plaider coupable" et aucune poursuite n'a été engagée contre ses deux confrères, a-t-on précisé.

L'un des trois journalistes pilotait le drone, le deuxième filmait, et le troisième regardait la scène. Les survols de drones sans autorisation sont interdits à Paris.

Aucun rapprochement n'a été fait entre ces interpellations et les survols nocturnes de sites à Paris par des engins volants sans pilotes.

Après le survol de centrales et de sites nucléaires fin 2014, cinq drones ont été repérés survolant des sites sensibles de la capitale, dont l'ambassade des Etats-Unis et les parages de l'Elysée, dans la nuit de lundi à mardi. Des vols similaires ont eu lieu la nuit suivante.

La gendarmerie des transports aériens a été chargée de l'enquête par le parquet de Paris.

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6667320 le jeudi 26 fév 2015 à 15:20

    Est-ce qu'on est obligé de relâcher tous les accusés en attendant.......?