Les Rennais marchent sur Angers

le
0
Les Rennais marchent sur Angers
Les Rennais marchent sur Angers

Pour la première fois de la saison, les joueurs de Stéphane Moulin ont perdu à domicile. S'ils n'ont pas manqué d'envie, les Scoïstes ont fait face à des Rennais plus patients et surtout plus réalistes.

SCO Angers - Stade rennais

Buts : Doucouré (4') et Fernandes (61') pour Rennes

À la guerre comme au football, tenir un siège est affaire de patience. Et c'est sans aucun doute ce qu'il a manqué à des Angevins surpris pour la première fois de la saison dans leur forteresse de Jean-Bouin. À l'abri derrière les murailles de leur antre, les Scoïstes ont pu voir arriver les troupes de Philippe Montanier de loin. Seulement, plutôt que de laisser les divisions bretonnes constater l'inefficacité de leurs armes, les troupes du général Moulin ont préféré risquer une bataille rangée en rase campagne. Rapides, les dragons angevins ont eu le loisir d'engager le combat sans penser à protéger leurs arrières. Le piège du maréchal Montanier s'est alors rapidement refermé. Infiltré dans les entrailles de Jean-Bouin, le soldat Doucouré est allé hisser le drapeau breton là où personne n'avait encore réussi à faire de même.

Le SCO confond vitesse et précipitation


Surprenant troisième à l'heure de donner le coup d'envoi de cette treizième journée de Ligue 1, le SCO d'Angers entend bien prolonger sa série d'invincibilité dans sa forteresse imprenable, Jean-Bouin. Les Bretons, quant à eux, aimeraient bien se relancer après sept matchs sans victoire. Dès le coup d'envoi, les Angevins se ruent vers la cage adverse, et Cheikh N'Doye allume la première mèche après deux minutes de jeu. Gonflé à bloc, la révélation angevine se frappe le torse et harangue son public un peu tôt. Car dans la foulée, les Rennais ouvrent le score grâce à une tête rageuse d'Abdoulaye Doucouré (4'). Punis pour leur naïveté, les Scoïstes n'en sont pas pour autant abattus. Les hommes de Stéphane Moulin ont la possession du ballon, l'exploite bien mais sont toujours aussi exposés derrière. Giovanni Sio en profite et part seul au but sur un contre (15') mais croise trop sa frappe.

Les coups de pied arrêtés s'enchaînent pour les noirs et blancs mais aucun ne se transforme en occasion franche de but. La " dalle angevine " est présente, mais elle ne suffit pas à inquiéter Benoît Costil. Les Bretons sont eux bien en place, et Kamil Grosicki est manifestement…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant