Les renards reviennent à Paris

le
0
Le retour des renards à Paris pourrait s'expliquer en partie par l'afflux de déchets alimentaires dans les poubelles de la ville.
Le retour des renards à Paris pourrait s'expliquer en partie par l'afflux de déchets alimentaires dans les poubelles de la ville.

Plusieurs individus ont été observés dans Paris.


La Mairie de Paris mène une politique ambitieuse et courageuse en matière de protection de la biodiversité, considérée à juste titre comme un enjeu environnemental de premier plan, à l'instar de la lutte contre le réchauffement climatique et de la réduction des rejets de gaz à effet de serre. Aux campagnes de sensibilisation, expositions et mesures spécifiques s'est ainsi ajoutée la création cette année de l'Observatoire parisien de la biodiversité, destiné à la fois à « faciliter l'implication du grand public », à conseiller les professionnels (architectes, paysagistes, syndicats, urbanistes etc.) ainsi que les décideurs et à émettre des « préconisations en termes de matériaux et formes architecturales, de plantations (intérêt des espèces), de types de toitures et de murs végétalisés, de modes de gestion, etc. », détaille la municipalité sur son site Internet.


Rappelons également l'adoption par le Conseil de Paris en novembre 2011 d'un vaste plan en quatre-vingt-quinze points. Celui-ci vise notamment à renforcer les trames verte et bleue pour favoriser les continuités écologiques essentielles au maintien d'une diversité du vivant en ville » et à « faire de la biodiversité un élément structurant de l'action municipale pour préserver les nouveaux équilibres écologiques de la capitale ».


On ignore cependant quel sort les autorités locales réserveront aux renards roux, longtemps relégués en périphérie en raison de l'urbanisation et qui auraient fait leur grand retour dans la capitale. Un phénomène étonnant qui s'expliquerait par l'afflux de nourriture dans les poubelles parisiennes si l'on en croit Patrick Haffner, membre du service du patrimoine naturel au Museum national d'histoire naturelle interrogé par nos confrères de l'AFP : « Paris est un endroit très riche en aliments pour eux, que ce soit des déchets humains ou des petits rongeurs. Ils y sont naturellement tranquilles et ne sont pas pourchassés comme c'est le cas à la campagne. »



Un retour révélateur « d'une bonne santé dans l'écosystème urbain »


Membre de l'Agence d'écologie urbaine de la Ville de Paris, Xavier Japiot évalue entre douze et vingt-cinq le nombre de canidés qui « squatteraient » les rues une fois la nuit tombée. Des spécimens ont en outre déjà été observés au Jardin du Luxembourg (VIe arrondissement), dans le parc des Buttes-Chaumont (XIXe arrondissement) et même place de la République (IIIe, Xe et XIe arrondissement) (!) Il est probable qu'ils aient traversé la ceinture ferroviaire pour investir ces lieux, le périphérique constituant un obstacle ô combien difficile à franchir.


« C'est une chance [?] On retrouve quelque chose qu'on a perdu, un contact avec le monde sauvage », se félicite M. Haffner. Cette réapparition est un bio indicateur et atteste « d'une bonne santé dans l'écosystème urbain », analyse pour sa part M. Japiot. Si repousser les renards paraîtrait incongru, les pouvoirs publics devront tout de même faire montre de prudence. Car si les campagnes de vaccination ont eu raison de la rage, les canidés véhiculent l'echinococcose alvéolaire, un ver parisitaire néfaste pour l'Homme.


Il faudra donc jouer serré...


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant