Les relations se dégradent entre Peillon et les syndicats

le
2
Plus que la modification des rythmes scolaires, les enseignants demandent une hausse des salaires.

Vincent Peillon a essuyé mardi son premier mouvement social. Les écoles parisiennes étaient «massivement» en grève contre le retour à la semaine de 4 jours et demi à la rentrée 2013. Le rectorat annonçait 78,17 % de profs grévistes, le SNUIpp-FSU, 90 %. D'autres actions sont prévues par les syndicats parisiens pour tenter de lancer un mouvement national.

Le gouvernement a décidé de renouer avec la semaine de 4 jours et demi avec le mercredi matin travaillé d'ici à septembre 2013 ou 2014. La journée de classe sera raccourcie de 45 minutes. Les enfants ne sortiront pas plus tôt mais auront des activités périscolaires, culturelles ou sportives, organisées par les communes, avant ou après les cours de l'après-midi.

Cette bronca est d'autant plus difficile à analyser que la réforme n'est pas fondamentalement révolutionnaire. Au gouver...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 23 jan 2013 à 09:47

    ...et la caravane passe..."Peillon-nous sa tête" !!!...

  • janaliz le mercredi 23 jan 2013 à 07:34

    Le mamouth barrit...