Les relations entre marques et distributeurs s'enflamment

le
0
INFOGRAPHIE - Avec la flambée des cours des matières premières, les négociations tarifaires annuelles sont plus complexes. 

Les négociations tarifaires annuelles entre industriels et distributeurs commencent à peine, mais le ton monte déjà, du fait de la flambée du prix du blé, du sucre, du café ou encore du cacao. «Les enseignes sont prêtes à négocier, mais elles n'accepteront pas de hausses injustifiées, menace Jérôme Bédier. Les industriels devront justifier leurs demandes, chiffres à l'appui. Ils devront nous expliquer en détail à quel prix ils achetaient leurs matières premières hier, à quel prix ils les achètent aujourd'hui, et nous expliquer l'ampleur de l'impact sur leur coût de revient.»

 

Composition de chaque produit

 

Depuis le début de l'été, de nombreux industriels de l'agroalimentaire se disent acculés par la flambée des matières premières agricoles. Mi-juillet, le blé s'achetait 125 euros la tonne. Après les incendies en Russie (15% du marché mondial), il avait pris 80% trois semaines plus tard. «Plus que le niveau des cours des matières premiè

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant