Les regards braqués sur Nasri et Clichy

le
0
Les regards braqués sur Nasri et Clichy
Les regards braqués sur Nasri et Clichy

Mercredi dernier, c'est devant leur télévision que Samir Nasri et Gaël Clichy ont assisté à la nouvelle victoire des Bleus. Celle de la confirmation, contre les Pays-Bas (2-0). Sans eux, comme au moment du renouveau, en novembre face à l'Ukraine (3-0). A trois mois du coup d'envoi de la Coupe du Monde, leur place dans le groupe France est plus que jamais menacée. Mais l'avion n'ayant pas encore décollé, les choix de Didier Deschamps peuvent encore évoluer. Quoi de mieux qu'un match de Ligue des Champions pour marquer des points ? Les deux Frenchies de Manchester City auront l'occasion de briller, mercredi soir, en huitième de finale retour de la C1, à Barcelone.

Nasri titulaire, pas Clichy ?

L'occasion de briller ? Tout dépend de qui l'on parle. Si Samir Nasri devrait logiquement débuter la rencontre, la titularisation de Gaël Clichy dans le couloir gauche est loin d'être acquise. Titulaire à l'aller en raison du repositionnement de Alexandar Kolarov un cran plus haut, le natif de Toulouse pourrait cette fois-ci s'asseoir sur le banc. Au repos dimanche en Cup contre Wigan (1-2), le Serbe pourrait profiter de la piètre performance du Français, coupable d'un marquage un peu lâche sur le second but de Wigan. Une déconvenue mal venue pour Clichy, relégué au rang de troisième choix dans le couloir gauche par Lucas Digne. Inquiétant pour celui qui avait pourtant eu sa chance en début de saison, lors du déplacement des Bleus en Biélorussie (2-4).

Un Samir Nasri aux deux visages

Remplaçant au match aller il y a trois semaines, Samir Nasri a depuis pris une nouvelle dimension au sein du onze mancunien. Buteur en finale de la Coupe de la Ligue contre Sunderland (3-1), l'ancien Marseillais a été l'un des rares à surnager contre Wigan. Des performances en constants progrès depuis l'arrivée de Manuel Pellegrini (31 matches joués, 7 buts toutes compétitions confondues) qui ne suffisent pas à faire oublier son impopularité en France née des frasques de l'Euro 2012. Mais malgré une image écornée, nul doute que Didier Deschamps reverra sa position en cas de nouvelle prestation de choix du Citizen au Camp Nou. Rédigé par Rémi Farge

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant