Les réductions d'emplois chez Alcatel ramenées à 669 en France

le
0
LES RÉDUCTIONS D'EMPLOIS CHEZ ALCATEL RAMENÉES À 669 EN FRANCE
LES RÉDUCTIONS D'EMPLOIS CHEZ ALCATEL RAMENÉES À 669 EN FRANCE

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Alcatel-Lucent va réduire l'ampleur des suppressions d'emplois prévues en France dans le cadre de sa restructuration, qui seront ramenées à 669 contre 881 à l'origine, a-t-on appris auprès du syndicat CFDT.

L'annonce a été faite mercredi par la direction de l'équipementier télécoms aux représentants du personnel à l'occasion d'un comité central d'entreprise extraordinaire, a-t-on dit de même source.

Le groupe franco-américain, qui a annoncé en octobre un total de 10.000 suppressions de postes dans le monde dans le cadre de son plan Shift, a également annoncé un projet de reprise d'une partie des ingénieurs de son site d'Orvault (Loire-Atlantique), promis à une cession d'ici 2015.

Dans un entretien au journal Le Monde, le directeur général Michel Combes explique avoir tenu compte des propositions qui lui ont été faites par les syndicats.

"La mobilisation des pouvoirs publics a donné des résultats concrets", souligne-t-il également en faisant référence à l'appel à la solidarité adressé par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg aux opérateurs télécoms clients de l'équipementier.

Plusieurs annonces ont suivi cet appel, dont la dernière en date de SFR, filiale de Vivendi, qui a annoncé en début de semaine avoir confié à Alcatel la modernisation de son réseau d'accès au très haut débit.

PROJET DE REPRISE PARTIELLE POUR ORVAULT

Arnaud Montebourg s'est félicité de la réduction du plan social, tout en appelant à nouveau les dirigeants d'Alcatel-Lucent à faire un effort supplémentaire pour l'emploi.

"Cette annonce résulte d'un processus de concertation avec les organisations syndicales que le gouvernement a fortement encouragé et soutenu", déclare le ministre dans un communiqué.

Se félicitant du maintien de l'activité à Orvault, il a cependant souligné que "le devenir d'autres sites reste en suspens".

Pour Orvault, Alcatel-Lucent a annoncé un projet de partenariat industriel avec la société de conseil en hautes technologies Altran, qui devrait intégrer dans ses équipes quelque 170 ingénieurs du site spécialisés dans la 4G "en vue de créer un centre d'expertise et de services télécom sur le bassin d'emplois nantais".

Orvault fait partie des trois installations d'Alcatel - avec Eu (Seine-Maritime) et Ormes (Loiret) - qui ont vocation à être cédées d'ici 2015. Le plan Shift prévoit en outre la fermeture dans un délai proche des sites de Toulouse et de Rennes.

Le site d'Orvault emploie au total 480 personnes, dont 250 ingénieurs. Alcatel-Lucent a dit vouloir lui trouver un repreneur dans le cadre de son projet de simplification de ses installations de R&D, qu'il souhaite recentrer à Villarceaux, dans l'Essonne, et à Lannion, dans les Côtes-d'Armor.

La cession programmée du site d'Orvault, dans l'ancienne circonscription du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, a suscité les protestations des élus locaux.

Avec Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant