Les recettes déjà éprouvées des tricheurs

le
0
Une enquête administrative a été ouverte lundi après des accusations lancées par 80 professeurs qui ont refusé de corriger des épreuves en Ile-de-France pour dénoncer des «fraudes» massives.

Ils citent plusieurs irrégularités dans ces épreuves de BTS que 2500 étudiants ont passé en mai: «fraudes multiples » avec livres sur la table, «va-et-vient incessant aux toilettes », «corruption » de surveillants ou encore «usurpations d'identités ». Cette affaire fait apparaître que les «bonnes vieilles ficelles » restent aussi très prisées, comme le confirment les comptes rendus des sections disciplinaires des universités qui jugent également les fraudes au bac. Depuis cinq ans, l'usage des smartphones fait l'objet d'une augmentation des procédures, car ils sont difficiles à cacher aux yeux d'un examinateur.

L'antisèche, plus discrète, reste toujours la technique privilégiée, juste après le coup d'½il sur la copie du voisin, selon une enquête de 2009 des sociologues Pascal Guibert et Christophe Michaut. 70,5% des étudiants reconnaissent avoir triché lors de leurs examens, surtout au lycée. Ils sont pourtant peu à se faire prendre: moins de 2000

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant