Les rebelles syriens d'Ahrar al Cham critiquent l'opposition et Genève

le
0
    BEYROUTH, 17 avril (Reuters) - Le mouvement islamiste Ahrar 
al Cham, l'une des principales factions rebelles engagées dans 
le conflit en Syrie, a déclaré samedi que les pourparlers de 
paix à Genève avaient été jusqu'à présent extrêmement négatifs 
et il a critiqué les négociateurs de l'opposition, jugés 
déconnectés de la réalité des combats sur le terrain. 
    Les discussions indirectes menées à Genève avec la médiation 
des Nations unies entre le régime syrien de Bachar al Assad et 
des représentants de l'opposition réunis au sein d'un Haut 
Comité des négociations (HCN) n'ont pour l'instant pas permis de 
progresser vers une issue à un conflit civil qui a fait plus de 
250.000 morts en cinq ans. 
    L'escalade militaire observée sur le terrain menace en outre 
de faire voler officiellement en éclats une trêve conclue sous 
l'égide de la Russie, qui appuie militairement Bachar al Assad 
avec l'Iran, et des Etats-Unis. 
    "Il y a un écart évident entre le travail du (HCN) et la 
réalité sur le terrain car alors que la Russie réalise des gains 
sur le champ de bataille au bénéfice du régime, lui procurant 
ainsi une dynamique politique, et alors que le régime et l'Iran 
violent la trêve (...) nous voyons l'insistance du (HCN) à 
poursuivre les négociations", écrit Ahrar al Cham dans un 
communiqué. 
    Ahrar al Cham, mouvement salafiste, s'était retiré de la 
réunion de Ryad en décembre au cours de laquelle a été formé le 
HCN, en dénonçant une mise à l'écart des "groupes 
révolutionnaires". Dans son communiqué publié samedi, il précise 
ne pas avoir pris part à la moindre discussion à Genève. 
    Il dénonce "un gouffre" entre le HCN et "la rue 
révolutionnaire avec tous ses éléments militaires et civils", 
qualifiant de "faible et hésitante" l'attitude des négociateurs 
de l'opposition à Genève alors que, pendant ce temps, le régime 
syrien continue de "travailler sur une solution purement 
militaire". 
 
 (Tom Perry, avec Ali Abdellatti au Caire; Bertrand Boucey pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant