Les rebelles lancent une attaque dans le nord de la Syrie

le
0

BEYROUTH (Reuters) - Les rebelles syriens ont attaqué mercredi un axe routier dans le nord du pays pour tenter de priver les forces fidèles au président Bachar al Assad d'une de leurs principales sources d'approvisionnement dans la région, disent des groupes d'opposition.

Après la prise de Koussaïr, l'armée gouvernementale, appuyée par le Hezbollah libanais, tente de regagner du terrain dans le Nord, largement sous le contrôle des insurgés.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), proche de l'opposition, les rebelles sont parvenus à prendre un point de contrôle de l'armée situé sur le tronçon Ariha-Lattaquié. La route, la M5, relie Alep à la frontière turque.

Selon certains groupes d'opposition, les insurgés ont saisi trois points de contrôle et doivent s'emparer encore de trois autres pour interdire à l'armée l'accès à la M5.

"Il s'agit d'une bataille très importante dans notre opération visant à étrangler les lignes d'approvisionnement du régime, allant de sa place forte sur la côte jusqu'au nord, particulièrement en direction de la ville Idlib, l'une des dernières positions du régime dans la province d'Idlib", a expliqué sur Skype Mohamed Fizo, porte-parole des insurgés.

"Le régime réplique en bombardant la route et en envoyant des chasseurs bombarder les villages environnants", a-t-il ajouté.

LE FACE-À-FACE D'ALEP

Les forces de Bachar al Assad cherchent désormais à reconquérir totalement Alep, la métropole du nord de l'Irak, où rebelles et armée se font face depuis près d'un an, sans qu'aucun des deux camps ne prenne un avantage décisif.

En regagnant du terrain dans le Nord, Bachar al Assad renforcerait aussi sa position diplomatique dans l'éventualité d'une conférence de paix.

Mais la tâche de ses forces s'annonce ardue. Les insurgés contrôlent une grande partie de la zone, notamment près de la frontière avec la Turquie, qui les soutient et laisse armes et matériel passer en territoire syrien.

Mohamed Fizo a souligné que les forces rebelles tentent depuis des mois d'isoler les points de contrôle gouvernementaux sur la route.

S'ils parviennent à s'en saisir totalement, ils pourront alors s'attaquer à une autre voie d'approvisionnement gouvernementale secondaire, plus au nord.

Si l'ensemble de cette offensive s'avérait un succès, les rebelles auraient ainsi supprimé entièrement les lignes d'approvisionnement des forces d'Assad dans le nord, à partir du port côtier de Lattaquié, un bastion gouvernemental.

Une forte explosion a été entendue mercredi à proximité d'un site militaire du port, rapportent des témoins et les médias officiels, l'origine de la déflagration demeurant incertaine.

Selon la télévision d'Etat, l'explosion a été provoquée par un problème technique dans un dépôt d'armes d'une base militaire et a fait six blessés. L'opposition évoque 13 soldats touchés.

Erika Solomon, Pascal Liétout pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant