Les rebelles d'Alep ont reçu des missiles antichars

le , mis à jour à 21:40
1

(Actualisé avec nombre de déplacés, prise d'une ville et raids aériens russes) par Tom Perry et Suleiman Al-Khalidi BEYROUTH/AMMAN, 19 octobre (Reuters) - Les rebelles qui combattent l'armée syrienne et ses alliés au sud d'Alep, dans le nord-ouest de la Syrie, ont annoncé lundi avoir reçu de nouveaux missiles antichars TOW, de fabrication américaine, fournis par des pays hostiles au président Bachar al Assad. Appuyée par des frappes aériennes russes, l'armée gouvernementale, soutenue par des soldats iraniens et des miliciens chiites libanais du Hezbollah, a lancé vendredi dernier une offensive dans la région. Les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL), contactés par Reuters, ont déclaré avoir reçu des armes durant le week-end, mais l'un d'eux a estimé que c'était en nombre insuffisant. Plusieurs groupes rebelles considérés comme "modérés" par Washington et ses alliés reçoivent des armes via la Turquie. Depuis vendredi, les insurgés ont touché près d'Alep une dizaine de véhicules de l'armée syrienne avec des missiles téléguidés antichars, a dit Rami Abdoulrahman, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG basée en Grande-Bretagne mais qui dispose de nombreux observateurs sur le terrain. Il a ajouté que 41 combattants rebelles avaient été tués dans les combats. Parmi eux figure le chef des Brigades Nour al Dine al Zinki. "La bataille se poursuit sans répit sur plusieurs fronts. Les trois derniers jours ont été mauvais. Hier, les forces rebelles ont pu mettre en place un centre opérationnel et se répartir les zones d'intervention", a précisé par internet à Reuters Hassan al Hadj Ali, chef du groupe rebelle Soukour al Djabal. PRISE D'UNE VILLE PAR L'ARMEE DE DAMAS "Nous avons reçu des armes et des munitions en plus grande quantité qu'auparavant, notamment de obus de mortier, des lance-roquettes et des missiles antichars", a déclaré pour sa part Issa al Tourkmani, l'un des commandants du groupe Sultan Mourad, qui fait partie de l'ASL. "Nous avons reçu de nouveaux missiles TOW ces derniers jours et maintenant nous sommes bien approvisionnés." L'offensive loyaliste vise à reprendre le contrôle de secteurs situés à quelques kilomètres au sud d'Alep, près de l'autoroute qui conduit à Damas. Plusieurs villages ont déjà été repris. La télévision nationale syrienne a rapporté que l'armée s'était emparée lundi de la ville d'Al Sabekiya, au sud d'Alep, infligeant de lourdes pertes aux insurgés. Les forces gouvernementales et leurs alliés cherchent également à progresser vers l'est d'Alep, en direction de l'aéroport militaire de Koueires, afin de rompre le siège de cette base par les djihadistes de l'Etat islamique (EI). L'EI contrôle plusieurs secteurs de la province, notamment au nord d'Alep. Les zones rurales des environs d'Alep ont été l'un des 49 sites visés par l'aviation russe, de même que les environs de Damas, de Lattaquié et de Hama, rapporte lundi l'agence de presse nationale syrienne, Sana. Trente-cinq mille personnes ont été déplacées par les combats de ces derniers jours près de la grande ville syrienne d'Alep, a rapporté lundi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA). Ce sont des habitants de Hader et de Zerbeh, dans les faubourgs sud-ouest d'Alep, qui ont fui les affrontements (voir ID:L8N12J426 ). (Guy Kerivel et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le lundi 19 oct 2015 à 18:13

    Quand les U.S. choisissent leurs alliés, le chaos n' est plus très loin...!