Les ravisseurs de Marie Dedieu cherchent à vendre sa dépouille

le
0
VIDÉO - Au lendemain de l'annonce de la mort de l'otage française en Somalie, le ministre de la Défense Gérard Longuet a fait cette macabre révélation.

Une affaire sordide. Après l'annonce du décès de Marie Dedieu, une Française enlevée au Kenya et retenue en Somalie depuis début octobre, le ministre de la Défense Gérard Longuet a déclaré jeudi matin que ses ravisseurs cherchaient à «vendre sa dépouille». «C'est le comble de l'abjection», a commenté le ministre. «Prendre une femme de cette âge, malade, paralysée, ne pas lui donner ses médicaments, laisser développer une septicémie dont elle est vraisemblablement morte, et proposer la vente de la dépouille ! Ce sont des gens qui ne méritent que le mépris», a-t-il jugé.

Le ministre a toutefois précisé que la France ne mènera pas de représailles car les preneurs d'otage ne sont qu'une «petite bande, d'une petite minorité, une exception qui déshonore ce territoire, mais ce n'est pas le territoire».

La Française de 66 ans vivait depuis quinze ans dans le nord du Kenya, près de Lamu, quand dix bandits somaliens lourdement armés et soupçonnés d'être d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant