Les rats quittent le navire

le
0
Acheter
« Prises de commandes et résultats trimestriels très bons mais inférieurs au consensus chez ABB, ralentissement de la croissance chez Schneider Electric en Asie font plonger Alstom de près de 20% en deux jours. Comme il n’y a plus rien de rationnel sur les marchés, il faut tout de même rappeler quelques vérités : ABB et Schneider travaillent en aval des activités d’Alstom et dépendent davantage des investissements industriels et de la construction de bâtiments. Les commandes d’Alstom dépendent des opérateurs de réseaux électriques qui n’ont pas la même sensibilité à la conjoncture que les clients d’ABB et Schneider. Il faut entre deux et quatre ans pour construire une centrale. Un ralentissement économique n’a que peu d’influence sur les décisions d’investissements de ces opérateurs. Le retard des pays émergents dans le domaine de la production d’électricité et la vétusté du parc des pays émergés plaident, ainsi que la lutte contre la pollution, pour des investissements à long terme. Le deuxième secteur d’activité d’Alstom, le ferroviaire, dépend lui aussi de donneurs d’ordre généralement adossés à l’Etat. Là encore, les transport de masse ont le vent en poupe avec le développement de plus en plus rapide de grandes métropoles dans les pays émergents. »
André Chassagnol
HPC-OTC exGroup


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant