Les ratés de l'Avastin, ou comment passer à côté de grosses économies

le
3
Les ratés de l'Avastin, ou comment passer à côté de grosses économies
Les ratés de l'Avastin, ou comment passer à côté de grosses économies

Tout ça pour rien ? Les autorités de santé ont eu beau prendre le taureau par les cornes pour faciliter l'utilisation du très peu cher et très efficace médicament Avastin dans le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), les économies espérées ne sont toujours pas au rendez-vous.

Contre l'avis du fabricant, Roche, le ministère de la Santé a même lancé une procédure exceptionnelle de RTU (recommandation temporaire d'utilisation), indispensable pour les ophtalmologistes qui voudraient utiliser l'Avastin. Ce médicament n'a en effet pour l'instant été autorisé en France que dans le traitement du cancer. Objectif de cette bataille procédurale ? Imposer l'Avastin face au très coûteux et hégémonique Lucentis des laboratoires Roche commercialisé par Novartis.

Initialement, l'injection du Lucentis flirtait avec les 1 000 € quand l'Avastin ne revenait qu'à une cinquantaine d'euros. Efficace, le Lucentis est devenu le 4e médicament le plus remboursé par l'Assurance maladie : 318 M€ en 2014. C'est dire l'enjeu économique.

Une injection sur 600

Las. « Neuf mois après son instauration, la RTU Avastin n'est à ce jour que très peu utilisée, malgré les données rassurantes disponibles », note la Caisse nationale de l'assurance maladie dans son rapport annuel diffusé récemment. Selon le professeur Laurent Kodjikian, chef de service adjoint aux Hospices de Lyon et spécialiste du sujet, « au 30 avril dernier, sur 600 injections pratiquées, une seule contient de l'Avastin. C'est peu, c'est vrai ».

Manque de sécurité juridique

« Les leviers à mobiliser, poursuit le rapport de la Cnam, concernent à la fois les conditions pratiques de son utilisation, mais aussi l'adhésion des prescripteurs. » Une manière diplomatique de dénoncer un vrai ratage des autorités de santé.

En fait, le ver est dans la pomme. Rédigée par la Direction générale de la santé, sur la base des travaux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MIKE3000 il y a 6 mois

    Combien de commission sur la prescription du Lucentis? ...

  • brugere4 il y a 6 mois

    c'est le reflet de la réalité le Lucentis continue a etre prescrit alors qu'il est 20 fois plus cher que l'Avastin et on sait que l'un appartient à Roche et l'autre à novartis et Roche possède Novartis cherchez l'erreur ?????

  • jmlhomme il y a 6 mois

    Information ou desinformation....à quoi sert un tel article ?