Les râteaux de QSI

le
0
Les râteaux de QSI
Les râteaux de QSI

Propriétaires du Paris-SG depuis juillet 2011, les Qataris de QSI ont la fâcheuse tendance à ne jamais réussir à emballer le premier soir. A Lille, c'est la cinquième fois que le PSG nouvelle ère se lance dans l'aventure Ligue 1 depuis le rachat du club par les mécènes à moustaches. Pour ce PSG, il s'agira de conjurer le mauvais sort. En effet, jamais depuis l'arrivée des Qataris à Paris le PSG ne l'a jamais emporté en ouverture de Ligue 1.

  • 2011, Lorient et la douche froide


    C'est la première sortie officielle de QSI. C'est attendu. Bruyant. Chaud. Quelques jours avant l'ouverture de la saison, le PSG a sorti un énorme chèque pour attirer Javier Pastore, de Palerme. 42 millions d'euros. C'est la première star et le premier gros coup financier de Leonardo. L'Argentin sera présenté au public parisien avant le match. Jusque là, tout allait bien. Pourtant, il faut jouer Lorient au Parc des Princes. Il pleut. Le Parc est blindé. Antoine Kombouaré, même s'il n'a pas les stars actuelles, a du beau monde dans son onze de départ : Menez, Matuidi, Nenê, Gameiro, Hoarau, Sakho, Sirigu. Normalement, c'est une formalité. Normalement, puisque rien n'est jamais normal avec le PSG. QSI ou pas. La première période est un fiasco. Lorient s'amuse et rentre comme dans du beurre dans une défense apathique. Les jambes sont lourdes et le PSG bute sur une défense bretonne injouable depuis l'ouverture du score de Quercia, peu de temps avant la demi-heure de jeu. Les rentrées de Bodmer et Erding n'y changeront rien, les Parisiens passent complètement à côté de leur sujet, ne trouvant jamais la faille. Même Christian Gourcuff, coach lorientais, en remet une couche au coup de sifflet final. " Avec tout le tapage médiatique qui a lieu autour du PSG, ils avaient la pression et on les a fait douter. Ça prouve aussi qu'il n'y a pas que l'argent et le fait d'empiler des noms pour gagner. Il y a d'autres valeurs dans le foot : le jeu, par exemple. " Par exemple.

  • 2012, les Merlus remettent ça


    Lamine Koné au marquage de Zlatan Ibrahimovic

    Tout a changé en une saison. Ancelotti est arrivé, Montpellier a été champion et Leonardo est passé en phase deux de son projet avec les arrivées de Lavezzi, Verratti, Thiago Silva et surtout Zlatan Ibrahimovic. C'est le premier match du Suédois en Ligue 1. Son dépucelage au Parc des Princes. Le sort est coquin puisque Lorient est encore dans le coin au moment d'entamer cette saison 2012-2013. Et comme…






  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant