Les raisons du refus de l'offre de rachat sur SeLoger.com

le
0
Dans une interview aux Echos ce vendredi, Amal Amar et Denys Chalumeau, fondateurs de Seloger.com, regrette l'absence d'un «vrai projet industriel» chez Axel Springer. Ils affirment être en «harmonie totale» avec le conseil de surveillance.

«Décevant». Voici comment les fondateurs de Seloger.com, Amal Amar et Denys Chalumeau ont jugé le projet de rachat de l'entreprise par l'éditeur allemand Axel Springer, dans un entretien publié vendredi par le quotidien Les Echos.

«Seloger.com n'a pas besoin d'Axel Springer» en France

Les fondateurs de Seloger.com espéraient de l'éditeur allemand qu'il aide la société à se développer en Europe, et non pas en France, comme il l'indique dans son projet, selon eux. «Pour cela, Seloger.com n'a pas besoin d'Axel Springer», affirme Amal Amar.

Les deux hommes critiquent aussi le fait que Springer n'ait pas inclus de seuil de renonciation à 50% dans sa proposition, dans le cas où son offre ne rencontrerait pas le succès espéré auprès des investisseurs. «Quand on a un vrai projet industriel, on se donne les moyens d'obtenir la majorité», regrette Amal Amar. Or, l'article 231-9 du règlement général de l'Autorité des marchés financiers autorise mais n'oblige pas ce

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant