Les «quenelles» de Dieudonné dans le collimateur des associations anti-racisme

le
9
Les «quenelles» de Dieudonné dans le collimateur des associations anti-racisme
Les «quenelles» de Dieudonné dans le collimateur des associations anti-racisme

La Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a annoncé dimanche soir qu'elle allait porter plainte contre X pour «injure à caractère raciste» auprès du parquet de Bordeaux après avoir appris que plusieurs personnes avaient fait le «salut de la quenelle» devant la synagogue de Bordeaux au cours de l'année 2013. L'association affirme avoir retrouvé sur les réseaux sociaux une demi-douzaine de photos le confirmant.

Ce «salut», que l'humoriste Dieudonné a popularisé dans ses spectacles en en faisant un signe de ralliement «anti-système» et utilisé comme symbole de son parti antisonniste, est considéré comme antisémite par la Licra. Celle-ci se joint à l'Association Cultuelle Israélite de la Gironde, qui a déjà déposé plainte pour ces faits, comme l'a confirmé le président du Consistoire de Gironde, Erick Aouizerate ce dimanche.

QUESTION DU JOUR : «Quenelles» dans les lieux symboliques : faut-il poursuivre les auteurs ? 

SOS Racisme contre les quenelles faites devant des lieux symboliques

Plus tôt dans la journée, SOS Racisme avait fait savoir qu'elle porterait systématiquement plainte contre tout auteur de «salut de la quenelle» dès lors qu'il serait pratiqué dans un lieu symbolique, comme une synagogue, ou le mémorial de la Shoah. Dans ces circonstances-là, l'intention antisémite du geste ne fait aucun doute et peut faire l'objet de poursuites judiciaires, estime l'association.

Pour Me Patrick Klugman, l'avocat de l'association antiraciste, «on ne peut pas faire une "quenelle" devant une synagogue impunément». «On peut analyser ça comme une injure à caractère racial», a expliqué pour sa part l'avocate de la Licra Me Sabrina Goldman, tout en se demandant «si un seul geste non accompagné de parole pouvait être poursuivi». La question est juridiquement bien complexe.

Par ailleurs, SOS Racisme compte «étudier toutes les possibilités juridiques d'engager la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 6 jan 2014 à 19:32

    RE/...S'il est certain que la pensée unique est dangereuse...n'est-il pas aussi dangereux d'étaler publiquement certaines formes de pensées, contraires à la morale connue et reconnue ?...

  • LeRaleur le lundi 6 jan 2014 à 10:40

    Et les rappeurs qui chient sur la France, RIEN.

  • rodde12 le lundi 6 jan 2014 à 09:28

    Voltaire: " Je combattrais vos idées jusqu'a la mort , mais je me ferais tuer pour que vous puissiez les exprimer!" Les temps ont bien changé.

  • M3365316 le lundi 6 jan 2014 à 09:08

    pas fait expres pour les deux ss ; mais bon..

  • M3365316 le lundi 6 jan 2014 à 09:07

    on voit un salut devant devant un wagon qui emmenait les gens en déportation et on devrait croire que c'est un salut anodin ; de qui sse moque t on !

  • M1945416 le lundi 6 jan 2014 à 07:54

    il me semble que les américains font un signe semblable , quand ils entendent leurs hymne national , la main sur le coeur ... par contre j'aimerai bien savoir qui finance ces associations qui ont tant de frics, pour se payer de bons avocats et aller en justices (comme ceux qui ont défendu les leorardas , qui au passage nous ont coûté 600 000€ )

  • peggy111 le dimanche 5 jan 2014 à 19:52

    sos racisme il on vraiment des sous a mettre en l air car le signe ne veut vraiment rien dire se signe a une definition a qui veut bien l interpreter par contre ses reflexions sur les juifs peut etre la justice jugera

  • 2445joye le dimanche 5 jan 2014 à 19:07

    Les enfants d' "il est interdit d'interdire". En fait des staliniens.

  • nono67 le dimanche 5 jan 2014 à 19:01

    " estime " " ne fait aucun doute " . Et il veulent attaquer au tribunal avec ça. Bon courage. Esperons que les tribunaux, déja complètement débordés , condamnera cette association à but lucratif pour procédure abusive.