Les quartiers rebelles d'Alep bombardés malgré la trêve - OSDH

le , mis à jour à 23:57
2
 (Bilan actualisé §7, autres combats §11-13) 
    BEYROUTH, 16 juin (Reuters) - Les quartiers d'Alep contrôlés 
par les insurgés ont été bombardés jeudi en dépit de la trêve de 
48 heures censée être entrée en vigueur dans la ville du nord de 
la Syrie, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme 
(OSDH). 
    Cette "cessation des hostilités" a été annoncée par la 
Russie ce jeudi. Moscou n'a toutefois pas précisé quelles 
parties de la ville étaient concernées par l'arrêt des combats. 
  
    Dans un communiqué diffusé jeudi soir, le ministère russe de 
la Défense a affirmé que le cessez-le-feu tenait toujours à Alep 
et qu'une autre trêve annoncée à Daraya, dans la province de 
Damas, serait étendue jusqu'au 18 juin minuit.  
    Durant les dernières 24 heures, le ministère russe a recensé 
quatre violations du cessez-le-feu dans la province de Damas.  
    Selon deux habitants de la ville, plusieurs barils 
d'explosifs ont été largués par des hélicoptères.     
    "Il y a eu des bombardements sur plusieurs zones 
résidentielles, ce qui a provoqué des incendies et des dégâts. 
La trêve devait entrer en vigueur à minuit, mais à l'heure 
actuelle, il n'y a pas de trêve", a déclaré à Reuters Bebars 
Michal, membre de la défense civile dans la partie rebelle de la 
ville. 
    Selon l'OSDH, une série de frappes aériennes a touché des 
quartiers résidentiels dans la partie occupée par les rebelles, 
faisant sept morts.  
    Médecins sans frontières (MSF) dit de son côté que l'un des 
principaux hôpitaux de la ville est désormais hors d'usage. 
    Rien ne permettait dans l'immédiat de dire si le bâtiment en 
question est l'hôpital Omar Ben Abdoulaziz, un établissement 
d'une capacité de 64 lits où MSF est présent, ni l'étendue des 
dégâts subis. 
    Sur son compte Twitter, MSF a condamné les attaques visant 
les infrastructures médicales en Syrie et s'est dit "extrêmement 
préoccupé par leur impact potentiel sur l'accès aux soins" dans 
la ville. 
    Les quartiers d'Alep tenus par la rébellion sont menacés 
d'isolement total depuis l'intensification ces derniers jours 
des frappes menées par les forces loyalistes contre la seule 
route d'accès à ces zones où vivent encore 200.000 à 300.000 
habitants, selon les estimations de l'OSDH. 
    Des affrontements violents se sont poursuivis au cours de la 
nuit entre forces loyalistes et rebelles le long de cette route 
du Castello, qui a subi les pilonnages des batteries 
gouvernementales, a déclaré l'Observatoire. 
    Raids aériens et combats terrestres continuaient également 
dans la campagne autour d'Alep. Au nord de la ville, des frappes 
aériennes ont touché les villages d'Anadan, Hayan et Hariyatan 
tandis qu'au sud, des combats opposaient les rebelles aux forces 
loyalistes, parmi lesquels les miliciens chiites libanais du 
Hezbollah.  
 
 (Lisa Barrington; Nicolas Delame et Jean-Stéphane Brosse pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 6 mois

    Les USA profitent de la trève pour réarmer les islamistes. Ce sont les USA qui fomentent les troubles et c'est la Russie qui est accusée. C'est le monde à l'envers et les médias en sont le vecteur.

  • delapor4 il y a 6 mois

    L'opposition modérée utilise des obus chimiques contre les troupes syriennes à Alep. Pourrais-je demander à Reuters (et à Boursorama) pourquoi on ne trouve pas cette information ici?