Les Pussy Riot sèment la zizanie dans l'Église russe

le
0
À l'approche du verdict contre ces chanteuses punk qui ont défié Poutine dans une cathédrale, nombreux sont les appels à la «misericorde».

Lettre après lettre, la phrase de l'Évangile de Mathieu apparaît sur le parvis du Christ Sauveur à Moscou: «Blajenny milostivye, Bienheureux les miséricordieux.» Cagoulé aux couleurs vives des Pussy Riot, chacun des 18 militants brandit une lettre, quelques secondes, le temps pour les blogueurs et présents de relayer l'action, brutalement interrompue par les hommes de la sécurité de la cathédrale. Après avoir appelé, en vain, au respect de la procédure pénale et des droits humains, les soutiens des Pussy Riot viennent maintenant défier l'Église et le Patriarche sur leur propre terrain, celui du pardon. Ils ne sont pas seuls en Russie. De nombreux intellectuels, y compris au sein du clergé, s'élèvent contre l'intransigeance de l'Église orthodoxe russe.

Avant d'être dispersés par des agents de sécurité, une poignée de manifestants a brandi le message «Bienheureux les miséricordieux» sur le parvis du Christ-Sauveur, à Moscou.
Avant d'être dispersés par des agents de sécurité, une poignée de manifestants a brandi le message «Bienheureux les miséricordieux» sur le parvis du Christ-Sauveur, à Moscou.

Avant d'être dispersés par des agents de sécurité, une poignée de manifestants a brandi le message «Bienheureux les miséricordieux» sur le parvis du Christ-Sauveur, à Moscou. Crédits photo : Yevgeny ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant