Les publicitaires profitent des rumeurs

le
0
L'écho médiatique autour d'une éventuelle grossesse de Carla Bruni inspire certains annonceurs. Une pratique légalement risquée, mais encouragée par l'approche de la campagne présidentielle.

«Alors Carla, envie de fraises ou pas ?» La question trône dans un encart à fond rose en première page du quotidien Libération ce lundi. Il s'agit d'une publicité pour un site marchand dédié aux futures mamans. La semaine dernière déjà, c'est un loueur de voitures qui a lui aussi fait allusion aux rumeurs selon lesquelles Carla Bruni-Sarkozy serait enceinte. «Chère Madame Bruni, auriez-vous besoin d'une familiale ?» demandait la société en première page de son site pour vanter les mérites d'un monospace.

«Nous avons voulu faire quelque chose d'humoristique»

Alors que l'information selon laquelle l'épouse du chef de l'État attendrait un enfant n'a été ni confirmée ni infirmée, certaines marques n'ont donc pas attendu pour surfer sur son fort écho médiatique. Au risque d'attenter à la vie privée ? «Notre publicité est tournée de façon gentille. Nous avons voulu faire quelque chose de sobre et d'humoristique à la fois», se défend Anne-Laure Constanza,...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant