Les prudences de Hollande face au dossier syrien

le
0
Le président de la République qui appelait de ses v?ux la formation d'un «gouvernement provisoire de la nouvelle Syrie» ne veut pas se précipiter en reconnaissant la «coalition nationale» qui s'est mise en place à Doha dimanche.

Demeurer en pointe tout en respectant le tempo de la communauté internationale et en évitant les coups de cymbales tant reprochés à Nicolas Sarkozy. L'équation résume l'ambition diplomatique raisonnée de François Hollande sur la Syrie, au surlendemain de l'accord signé à Doha par les mouvements d'opposition à Bachar el-Assad. Le sujet ne manquera pas d'être évoqué lors de la première conférence que tiendra le chef de l'État, mardi après-midi à l'Élysée.

François Hollande ira-t-il à cette occasion jusqu'à reconnaître la nouvelle «coalition nationale» en tant que représentant officiel du peuple syrien comme l'ont fait lundi les pays du Golfe? De source diplomatique, on jugeait lundi qu'une telle initiative n'est «pas certaine» dans...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant