Les progrès du dépistage néonatal

le
0
Bientôt, près d'une cinquantaine de pathologies pourraient être repérées en plus des cinq dépistées depuis une quarantaine d'années.

Quelques gouttes de sang, prélevées dans le talon au quatrième jour de vie puis envoyées au laboratoire sur un simple morceau de buvard, ont changé la vie de milliers d'enfants. Le test de Guthrie, du nom du chercheur américain qui a mis au point la technique, permet à ce jour de dépister cinq maladies rares, potentiellement très graves: la phénylcétonurie, l'hypothyroïdie congénitale, l'hyperplasie congénitale des surrénales, la drépanocytose (ciblé sur les enfants à risque) et la mucoviscidose.

Pratiqué dans toutes les maternités, le geste semblerait presque banal. C'est pourtant une réussite du système de soins français, qui l'a mis en place il y a quarante ans. Or les progrès de la technologie, qui élargissent à une cinquantaine le nombre de pathologies très rares susceptibles d'être repérées, rendent aujourd'hui néc...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant