Les professions libérales, pharmaciens en tête, descendent dans la rue

le
6
Les professions libérales, pharmaciens en tête, descendent dans la rue
Les professions libérales, pharmaciens en tête, descendent dans la rue

L'appel à une «journée sans professionnels libéraux» lancé par l'Union nationale des professions libérales (UNAPL) a été entendu. Mardi en fin de matinée, des rassemblements ont eu lieu à Lille, Bordeaux, Lyon, Valence, Nancy, Metz, Besançon, Dijon et Saint-Denis de la Réunion, réunissant à chaque fois plusieurs centaines de personnes. Les pharmaciens en tête de cortège, d'autres professions médicales (dentistes, kinésithérapeutes, médecins) et juridiques (avocats, huissiers, notaires) ont participé à cette journée d'action. En fin d'après-midi, l'organisation a salué une «mobilisation sans précédent».

Dans le viseur des grévistes, le projet de loi «pour la croissance», qui inclut un volet sur les professions réglementées et remet en question leurs tarifs et leurs monopoles. Les pharmaciens sont particulièrement remontés contre une éventuelle levée de son monopole sur la vente des médicaments à prescription facultative (comme le Doliprane, le Spasfon, etc.), que lorgne la grande distribution. Selon le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens, «87% de pharmacies» étaient fermées dans l'ensemble du territoire et environ 10% étaient réquisitionnées pour assurer le service de garde.

Le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, a tenté de désamorcer le conflit mardi matin. «Nous n'ouvrirons pas le capital des pharmacies, des notaires ou que sais-je à des partenaires financiers extérieurs, des banquiers, ou que sais-je encore, cela n'est pas vrai», a-t-il affirmé, alors que le président de la République préférait un discours de réalisme : «Les économies forcément sont douloureuses». «Il n'y a aucun secteur qui peut accepter de voir un certain nombre de ses habitudes, parfois de ses financements, être remis en cause», a dit François Hollande lors de la remise du prix de l'Audace créatrice.

A Paris. Plusieurs centaines de pharmaciens en blouse blanche se sont rassemblées à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.thual le mercredi 1 oct 2014 à 01:10

    c est gentil médecins avocats pharmaciens dentistes huissiers prennent soin de nous et ne se battent que pour faire notre bonheur,,,pour un peu il nous font cadeau de leurs honoraires,,,,allez lancons une grande souscription,,!y a bien quelques sans dents et retraites modestes qui pourront payer , ah oui j oubliai aussi les pilotes ,les pauvres quoi!

  • roulio86 le mardi 30 sept 2014 à 17:22

    monjohn je pense que tu parles des parlementaires qui ont des indemnites et primes non imposables.ex: députés 16000 euros par mois d'indemnités pour faire travailler sa femme ou ses enfants comme chauffeur plus primes et pas d'impots , super....au moins les pharmaciens travaillent et je trouve leur remémoration normal....plus que celle d'un députés qui joue au scrabble à l'assemblée....

  • alai4285 le mardi 30 sept 2014 à 15:58

    Avocat...Divorce par consentement mutuel => avocat inutile...c'est leur gagne-pain quotidien...Résultat, avocat obligatoire

  • alai4285 le mardi 30 sept 2014 à 15:54

    Monopole...généraliste obligatoire (référent) = 23 euros...pharmacien est aussi compétent et peut donner la mollécule efficace...PB, c'est le généraliste qui a le monopole...Résultat, la bobologie de quartier coûte cher à la sécu

  • monjohn le mardi 30 sept 2014 à 15:51

    Quand il faut faire des sacrifices pour le bien du pays, tous doivent contribuer et surtout les nantis et privilégiers !

  • dlabore le mardi 30 sept 2014 à 15:45

    quand il faut partager le gateau des medicaments sans ordonnance ils fond la G. chaque metier doit accepter la concurrence