Les produits moches, de Tokyo à San Francisco

le , mis à jour à 09:34
0
Les produits moches, de Tokyo à San Francisco
Les produits moches, de Tokyo à San Francisco

Devinette : savez-vous comment on dit « gueules cassées » en espagnol ? « Las Caras Rotas ». En italien ? « Brutti Muti ». D'ici quelques mois, le nom de ce collectif antigaspi, créé en 2012 par Nicolas Chabanne et Renan Even, et son facétieux logo (voir ci-contre) se déclinera même en japonais. Proposer en grande distribution des produits « moches » alimentaires refoulés de la commercialisation en raison de leur aspect, leur idée toute simple a rencontré un succès inattendu. Au point que des enseignes comme Système U ou Intermarché ont même repris à leur compte le concept, avec plus ou moins de succès (voir notre édition du 13 mai).

 

Les deux compères vont désormais voler de leurs propres ailes. Exit les intermédiaires, place aux circuits virtuels de distribution. L'automne prochain verra le lancement d'un « Ali Baba des produits moches », annonce Nicolas Chabanne, en référence au plus important site mondial de vente en ligne chinois à destination des professionnels. Son nom : No More Waste (plus de gaspillage). En clair, en octobre, les Gueules cassées vont proposer à prix cassés sur une place du marché virtuelle des pommes éraflées, des carottes boursouflées et tous les produits alimentaires mais pas seulement, sortis de l'usine non défectueux mais avec de petits défauts... et jetés la plupart du temps.

 

 

#GaspillageAlimentaire Fruits et légumes, agir à chaque étape de la filière #Inra https://t.co/WUjyHdk4qO pic.twitter.com/Piz5Zp3nqW

— Les Gueules Cassées® (@GueulesCassees) 20 juin 2016

 

 

 

« Nous sommes ouverts à tous les produits. Dans l'agroalimentaire, on proposera par exemple des produits de la mer. Sinon, on a même pris un contact avec une entreprise chinoise de textile », précise Nicolas Chabanne, persuadé que le marché mondial des produits moches ne connaît plus aucune frontière. Après six mois d'expérience en France, le site sera ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant