Les produits dérivés perçus comme un enjeu majeur pour l'avenir de la finance mondiale

le
0
(NEWSManagers.com) - L'enjeu majeur pour les marchés financiers mondiaux est celui des produits dérivés, selon une étude du CFA sur l'intégrité des marchés financiers réalisée entre les 10 et 21 janvier auprès de 5.735 membres de l'association internationale. C'est l'avis partagé par 23% des sondés mais pour 20% d'entre eux, ce sont plutôt le reporting financier et la fraude qui constituent les enjeux majeurs.
Huit des seize principaux marchés de l'enquête, dont la France, indiquent que la déclaration et l'utilisation de produits dérivés par les sociétés financières est le sujet le plus sérieux auquel fait face le marché mondial en 2011. L' Australie ajoute l' information financière sur la liste des thèmes phares de préoccupation en 2011.
La vente frauduleuse de produits par les conseillers financiers en vue de générer des commissions est l' enjeu majeur de 2011 pour neuf des plus importants marchés financiers de la planète. Pour les BRIC, le Japon et la Grande Bretagne, la principale préoccupation concerne la fraude au sens large. Enfin, pour la France, ce sont les pratiques de trading qui attirent l' attention.
Parmi les principales aspirations des professionnels de l' investissement, 31 % estiment qu' il faut renforcer les lois existantes et 23 % estiment qu' une vision plus globale sur les risques systémiques est indispensable. Ces deux axes seraient les principaux leviers pour renforcer la confiance et l' intégrité des marchés.
" Malheureusement" , déplore Kurt Schacht, CFA directeur normes et intégrité des marchés financiers au CFA Institute, " seul un tiers des personnes interrogées croient que l' intégrité des marchés financiers sera meilleure en 2011 qu' en 2010. Pour plus d' optimisme, il faudrait une plus grande transparence sur les risques liés aux instruments financiers, et une meilleure harmonisation réglementaire sur la détection et la prévention des risques systémiques" .
Les plus optimistes quant à l'intégrité des marchés financiers en 2011 par rapport à 2010 sont les Russes et les Indiens. Parmi les plus pessimistes, on trouve Singapour, Hong-Kong et l' Allemagne. Les Français sont 68 % à considérer que rien ne changera en 2011 (58 % pour les Européens).
Les effets de la crise dureront plus de cinq ans selon l' Afrique du Sud, le Royaume Uni, le Japon et les Etats-Unis. La Chine, aux côtés de l' Inde et Singapour considèrent à l' inverse que l' impact se fera sentir encore un ou deux ans. Pour la France, 41% des sondés tablent plutôt sur une sortie de crise dans les trois à cinq ans (52% pour les Européens).

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant