Les producteurs de lait mécontents du nouveau contrat Lactalis

le
0
(Commodesk) Afin de faciliter la mise en place de la suppression des quotas laitiers prévue pour 2015, la Commission européenne impose, depuis avril, un système de contractualisation à la filière laitière. Les industriels doivent proposer un contrat avec un tarif d'achat fixe à leurs producteurs. Si les négociations ont, en majorité, abouti à des accords, le groupe Lactalis tente la manière forte. Une nouvelle version de contrat a été envoyée aux producteurs en début de semaine. Les syndicats laitiers n'ont pas tardé à réagir, ils appellent d'ores et déjà les 14.300 producteurs à ne pas signer. Et ont envoyé deux lettres ouvertes à Lactalis et à Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture. Ils veulent que leurs organisations de producteurs soient officiellement reconnues. Elles pourraient ainsi les représenter et négocier en direct leurs contrats. Pour l'Organisation des Producteurs de Lait (OPL), l'offre de Lactalis n'est qu'une "version édulcorée du premier envoi de mars dernier". Elle est "unilatérale et renforce la dépendance des producteurs envers un opérateur de dimension mondiale", ajoute la Fédération Nationale des Producteurs de Lait (FNLP). Depuis plus d'un an déjà, l'Office du Lait dénonce également l'iniquité des industriels vis-à-vis des producteurs. La question sera justement à l'ordre du jour de sa prochaine assemblée ce mardi.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant