Les producteurs de cacao du Ghana veulent gagner plus

le
0

(Commodesk) L'autorité de régulation du marché du cacao du Ghana (Cocoa Board, ou Cocobod) doit faire face aux revendications des producteurs, qui demandent une augmentation du prix garanti d'achat de leur récolte.

Les producteurs estiment que les 1600 dollars la tonne proposés en début de saison (en octobre 2011) devraient être réévalués à 2000 dollars, pour tenir compte de la raréfaction du cacao, susceptible de faire monter les cours mondiaux. En 2011, les producteurs ghanéens touchaient 80% du cours mondial du cacao, contre 60% garantis en Côte d'Ivoire.

Le Cocobod se justifie en rappelant qu'il subventionne les produits phytosanitaires contre les maladies des arbres, et pratique une retenue minimale sur les sacs d'engrais utilisés par les paysans. Il veut aussi planter 20 millions de cacaoyers sélectionnés pour augmenter la productivité.

La campagne cacaoyère s'est conclue le 7 juin, et la récolte de l'année ne dépassera pas 850.000 tonnes de fèves. Toutefois, le Cocobod a obtenu auprès d'un pool de banques une avance (en milliards de dollars) qui se basait sur 100.000 tonnes de plus. Il devrait donc disposer d'une marge de man½uvre.

L'autorité de régulation avait déjà dû élucider la disparition de 70.000 tonnes de fèves, inscrites dans ses livres de comptes, mais introuvables dans ses entrepôts. L'enquête a permis d'établir qu'une quinzaine d'intermédiaires avaient gonflé les inventaires pour disposer d'une avance de trésorerie, leur permettant d'acheter plus. Un comportement, somme toute, calqué sur celui de l'autorité de régulation du marché.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant