Les procureurs, rois de la communication

le
0
Affaire Merah, tueur du 91? Les parquets prennent de plus en plus la parole publiquement.

Mohamed Merah, le tueur en série de l'Essonne, la mort d'un enfant tué par balle à Mende, en Lozère... Ces dernières semaines, plusieurs affaires retentissantes ont été l'occasion, pour les procureurs de la République concernés, de prendre la parole publiquement. Objectif: donner du grain à moudre aux journalistes et au grand public, canaliser tant soi peu l'émotion, diffuser aussi une image flatteuse et rassurante de la justice.

Voici une petite dizaine d'années, après l'ère de l'improvisation institutionnelle qui permettait aux meilleurs - Éric de Montgolfier face à Bernard Tapie, par exemple - de briller, mais à d'autres de frôler le naufrage, la Chancellerie a décidé de former les magistrats à la communication. Et ce conformément à l'article 11 du Code de procédure pénale, qui aménage une brèche dans le secret des enquêtes: «Afin d'éviter la propagation d'informations parcellaires ou inexactes ou pour mettre fin à un trouble à l'ordre public,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant