Les proches des otages s'impatientent

le
0
REPORTAGE VIDÉO - Un an jour pour jour après l'enlèvement des journalistes Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, leurs proches s'agacent des déclarations optimistes des autorités françaises.

365 jours après l'enlèvement des journalistes Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier en Afghanistan, leurs familles et leurs amis hésitent entre impatience et agacement. Rassemblées mercredi devant l'Hôtel de ville de Paris, où les portraits des deux reporters ont été déployés, plus de 200 personnes ont appelé les autorités françaises à faire tout leur possible pour aboutir à leur libération, et à cesser les déclarations optimistes. Parmi ces personnes, beaucoup d'anonymes, mais aussi les parents de Stéphane Taponier, l'ancienne otage Florence Aubenas, la journaliste Elise Lucet - présentatrice du magazine «Pièces à conviction» pour lequel Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier travaillaient lors de leur enlèvement -, et le président de Reporters sans frontières, Dominique Gerbaud.

Un peu plus tôt dans la journée, la ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, avait tenu à rassurer les proches des deux otages, en affirmant dans un c

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant