Les pro-russes occupent des bâtiments officiels en Ukraine

le
6
MANIFESTATIONS PRO-RUSSIE DANS L'EST DE L'UKRAINE
MANIFESTATIONS PRO-RUSSIE DANS L'EST DE L'UKRAINE

par Lina Kushch et Natalia Zinets

DONETSK Ukraine (Reuters) - Des manifestants pro-Kremlin ont investi dimanche des bâtiments officiels à Donetsk, Kharkiv et Louhansk, trois villes de l'est de l'Ukraine, bastion du président déchu Viktor Ianoukovitch, pour réclamer la tenue d'un référendum sur le rattachement de leur région à la Russie.

Le président ukrainien par intérim, Oleksander Tourtchinov, a annulé un voyage en Lituanie pour s'occuper de cette agitation "séparatiste", a annoncé dans la soirée le service de presse du Parlement à Kiev.

"Tourtchinov a convoqué une réunion d'urgence des responsables des ministères et des institutions chargés de la sécurité et gère personnellement la situation créée par les séparatistes", lit-on dans le communiqué.

Le ministre de l'Intérieur, Arsène Avakov, a accusé le président russe Vladimir Poutine de comploter avec Viktor Ianoukovitch pour déstabiliser l'Ukraine.

"Poutine et Ianoukovitch ont organisé et financé cette vague d'agitation séparatiste dans l'est du pays. Les gens qui manifestent ne sont pas nombreux mais ils sont très agressifs", a-t-il écrit sur sa page Facebook.

"La situation reviendra sous contrôle sans effusion de sang. C'est l'ordre qui a été donné aux forces de l'ordre", a-t-il ajouté.

En dépit de ces assurances, le mouvement entamé dans la journée à Donestk et Louhansk s'est étendu dans la soirée à Kharkiv, où des manifestants brandissant des drapeaux russes ont investi le siège de l'administration régionale, selon l'agence Interfax.

L'importante population russophone qui vit dans l'est de l'Ukraine voit d'un mauvais oeil le nouveau gouvernement ukrainien issu de l'insurrection qui a chassé fin février du pouvoir Viktor Ianoukovitch.

RÉFÉRENDUM D'AUTODÉTERMINATION

A Donetsk, quelque 1.500 personnes rassemblées autour du bâtiment ont scandé "Russie ! Russie !" et applaudi quand le drapeau tricolore russe est apparu à un balcon du deuxième étage, tandis que des haut-parleurs diffusaient de la musique de l'époque soviétique. "Nous ne voulons pas rejoindre l'Union européenne, nous ne voulons pas rejoindre l'Otan. Nous voulons que nos enfants vivent en paix", a déclaré une manifestante à une chaîne de télévision.

Les manifestants, barricadés à l'intérieur du siège du gouvernement local dont les portes sont bloquées avec des chaises et des tables, exigent la tenue d'un référendum sur le statut de la région, comme celui par lequel la Crimée a voté son rattachement à la Russie le mois dernier.

"Les élus du conseil régional doivent se réunir avant minuit pour prendre la décision d'organiser un référendum", a lancé à la foule un des meneurs de la manifestation, sans décliner son identité.

Un demi-millier de policiers étaient présents à proximité mais ne sont pas intervenus, a rapporté un journaliste de Reuters.

A Louhansk, une ville voisine de Donetsk, les bureaux des services de sécurité ont également été occupés par des manifestants et les affrontements ont fait trois blessés, deux militants pro-russes et un policier, rapporte une chaîne de télévision locale.

Les protestataires y demandent aussi l'organisation d'un référendum ainsi que la libération de militants arrêtés ces derniers jours.

Samedi, les services de sécurité ukrainiens ont arrêté dans la région de Louhansk 15 personnes soupçonnées de complot. Ils ont mis la main sur 300 fusils d'assaut, un lance-roquette antichar, un grand nombre de grenades et de bombes incendiaires et des couteaux.

(Guy Kerivel et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4987923 le lundi 7 avr 2014 à 08:35

    M4062900 libre à vous de considérer les choses de cette façon, bien que je ne vois pas le lien avec l'Ukraine, mais juste une question :" admettons que Poutine réitère le coup des sudètes et pareil au Furher avec la Tchécoslovaquie commence à s'emparer de l'Ukraine puis de la Pologne (pays englobé en UE), que ferez-vous ? vous iriez collaborer avec les russes ?

  • M4062900 le lundi 7 avr 2014 à 08:05

    Vous pensez que la Russie allait accepter des bases de l'otan sur sa frontiere et la fermeture de son acces a la mediterranée? Ainsi que les systemes antimissiles? Serieusement? Et pendant ce temps depuis 60 ans un grand pays democratique(?)fait le blocus de cuba affamant un pays tout simplement parcequ'il est proche . Dans un silence assourdissant. Si on s'interroge sur Poutine il serait bien de le faire pour Obama (guantanamo ça vous parle?)

  • M4987923 le lundi 7 avr 2014 à 07:43

    Quelques Français d'ici transportent la propagande russe. -- Ils feraient mieux de s'occuper de leur pays que de vouloir participer à leur sport favori : donner des conseils au Monde entier avec morgue et arrogance, comme s'ils étaient en mesure de donner l'exemple !!

  • M4987923 le lundi 7 avr 2014 à 07:39

    Le Pays explose ? Le grand délire !il y a quinze jours lors d'un match de foot à Kharkiv le public à chanter des chants ukrainiens !Quelle subvention russe en Ukraine occidentale ? AUCUNE !Une scission ? Pour quelle raison ?Pour répondre à une minorité de pro-russe encadrée par des manifestants payés 1000 hryvnias/jour pour créer de l'agitation.Poutine remet le coup des Sudètes. Mimétisme avec le Furher.

  • ZvR le dimanche 6 avr 2014 à 21:23

    Le pays explose et toujours aucune aide des occidentaux pour compenser la perte des subventions russes...... Si la situation s'envenime la moins mauvaise solution serait probablement une scission amiable du pays. Vu que les occidentaux ne veulent pas payer laiser partir l'Est en échange d'une reprise des subventions serait probablement un moindre mal.

  • M5005891 le dimanche 6 avr 2014 à 21:20

    S'ils veulent être RUSSE, ils n'ont qu'a y aller vivre dans le pays de leur choix...