Les pro-Morsi redescendent dans la rue en Egypt

le
5
LES PARTISANS DE MOHAMED MORSI CONTINUENT DE MANIFESTER EN ÉGYPTE
LES PARTISANS DE MOHAMED MORSI CONTINUENT DE MANIFESTER EN ÉGYPTE

par Tom Perry et Michael Georgy

LE CAIRE (Reuters) - Des centaines de partisans des Frères musulmans égyptiens ont incendié un bâtiment officiel jeudi au Caire, tandis que des familles tentaient d'identifier des centaines de corps, au lendemain des violences qui ont fait au moins 578 morts dans tout le pays selon le dernier bilan officiel.

A Alexandrie, la deuxième ville du pays, plusieurs centaines de personnes ont manifesté contre le démantèlement dans la violence la veille des campements installés par les Frères dans la capitale.

Ils ont réclamé le retour au pouvoir de l'ancien président Mohamed Morsi, issu de la confrérie, déposé le 3 juillet par l'armée et dont la détention a été de nouveau prolongée jeudi pour un mois.

Le ministère de l'Intérieur a lui prévenu que les forces de sécurité tireraient à balles réelles contre ceux qui s'en prendraient à elles ou à des bâtiments officiels, au lendemain de la proclamation de l'état d'urgence par les autorités.

Les partisans des Frères musulmans estiment que le véritable bilan des assauts des forces de sécurité est bien plus élevé que les 578 annoncés par le ministère de la Santé, certains évoquant 3.000 morts, alors que Reuters a compté 228 corps calcinés par le feu, entreposés dans la seule mosquée Al Iman, dans le nord-est du Caire.

Dans cette mosquée convertie en morgue improvisée, des familles tentaient d'identifier des corps mutilés ou carbonisés. A l'extérieur, plusieurs milliers de personnes manifestaient en criant: "L'armée et la police ont les mains sales".

Toute vérification indépendante du bilan était impossible en raison de l'ampleur prises par les violences dans de nombreuses villes égyptiennes.

COUVRE-FEU CONFIRMÉ

Gehad el Haddad, porte-parole des Frères musulmans, a déclaré à Reuters que le mouvement avait subi "un coup sévère" mais que la colère suscitée en son sein par la répression était désormais "incontrôlable".

"Après les coups, les arrestations et les massacres que nous subissons, l'émotion est trop forte pour être canalisée par qui que ce soit", a-t-il ajouté.

Les Frères musulmans ont appelé à une manifestation en fin de journée au Caire, où les obsèques de nombreuses victimes des violences de mercredi devraient donner à leurs partisans de multiples occasions de se réunir lors des prochains jours.

Dans le quartier de Gizeh, des partisans de Morsi ont mis le feu à un bâtiment du gouvernorat. De la fumée s'échappait des fenêtres de l'immeuble, vers lequel affluaient plusieurs véhicules de pompiers.

En plus de l'état d'urgence, les autorités ont décrété un couvre-feu dans onze des 27 provinces du pays, dont celle du Caire et de treize autres grandes villes. Ses horaires, qui s'étendent de 19h00 locales (17h00 GMT) à 06h00, ont été confirmés après avoir été provisoirement abrégés.

Une source militaire a déclaré que les autorités ne tolèreraient plus aucun sit-in comparable aux deux campements démantelés mercredi mais que des manifestations pourraient avoir lieu en dépit de l'état d'urgence.

L'attitude du nouveau pouvoir a suscité des condamnations fermes dans le camp occidental, qui avait tenté en vain jusqu'à la dernière minute de favoriser une solution négociée.

Interrompant ses vacances à Martha's Vineyard, le président américain Barack Obama a déploré "les violences exercées contre les civils" et demandé la levée de l'état d'urgence. Il a également annulé les manoeuvres militaires égypto-américaines prévues le mois prochain en Egypte, sans exclure d'autres mesures.

PARIS CRAINT UNE GUERRE CIVILE

Chuck Hagel, secrétaire d'Etat à la Défense, a prévenu par téléphone Abdel Fattah al Sissi que des "éléments importants" des relations militaires entre les deux pays risquaient d'être affectés, et le département d'Etat américain a annoncé qu'il réétudiait l'aide des Etats-Unis à l'Egypte "sous toute ses formes".

De son côté, le président français François Hollande a convoqué l'ambassadeur d'Egypte en France et appelé à la levée de l'état d'urgence, estimant que "tout doit être mis en oeuvre pour éviter une guerre civile".

Selon une source diplomatique européenne, la France a demandé la tenue en urgence d'une réunion du Conseil de sécurité de l'Onu pour faire le point sur la situation en Egypte, suivant ainsi l'exemple du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.

Un représentant de Catherine Ashton, porte-parole de la diplomatie de l'Union européenne (UE), a annoncé que plusieurs diplomates européens se réuniraient lundi, en vue d'un sommet exceptionnel des ministres des Affaires étrangères sur la crise égyptienne.

Dans le camp arabe, les Emirats arabes unis ont en revanche apporté leur soutien à la répression, jugeant que le pouvoir égyptien avait fait preuve d'un "self-control maximum".

Avec l'Arabie saoudite et le Koweït, les EAU ont promis une aide de 12 milliards de dollars à l'Egypte immédiatement après le renversement de Mohamed Morsi afin de surmonter des pénuries imminentes d'essence et de blé.

La dégradation de la situation pourrait avoir de nouvelles conséquences économiques: plusieurs multinationales, comme Electrolux, Royal Dutch Shell ou General Motors, ont interrompu leur production dans le pays jusqu'à nouvel ordre.

Avec Shadia Nasralla, Alexander Dziadosz, Tom Finn et Yasmine Saleh au Caire, Marine Pennetier à Paris, Stephanie Nebehay à Genève, Steve Holland et Jeff Mason à Washington; Tangi Salaün et Marc Angrand pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dupon666 le jeudi 15 aout 2013 à 20:52

    vive l'armée Egyptienne libre

  • dupon666 le jeudi 15 aout 2013 à 20:50

    Fabius ne fournit pas d'armes aux rebelles??

  • laeti453 le jeudi 15 aout 2013 à 19:42

    Surtout qu 'en matière de démocratie....peut être qu'il n ' a pas trop à se vanter.....

  • M4841131 le jeudi 15 aout 2013 à 19:09

    oui, manque pas d'air ce grand démocrate, l' islam c'est la démocratie partout ou elle existe, en turqie par exemple, en un mot, tuez vous tous, on pourra continuer de vivre en démocratie !!

  • cavalair le jeudi 15 aout 2013 à 18:58

    J'en appelle aux pays occidentaux. Vous êtes restés muets à Gaza, vous êtes restés muets en Syrie (...) Vous êtes muets en Egypte. Comment pouvez-vous donc parler de démocratie, de liberté, de valeurs universelles et de droits de l'homme?", a-t-il demandé. Et dis Pepe ils sont independant alors comme on dit en Allemagne: Dem.erden sie sich. C'est pas a nous d'aller regler leurs problemes. Holland a deja beaucoup de mal a regler son probleme au gouvernement alors l'Egypte on s'en t.ape