Les prix en rayon sont faux dans un magasin sur deux

le
7
Ces anomalies pénalisent le consommateur dans six cas sur dix, selon une enquête de la Répression des fraudes. La grande distribution parle d'«erreurs techniques».

Mieux vaut bien vérifier son ticket de caisse en sortant du supermarché. C'est ce que conseille vivement la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), qui a publié jeudi soir les résultats d'une enquête sur les prix affichés dans la grande distribution. Sa conclusion est sévère: les prix en rayon et ceux facturés en caisse ne sont pas souvent concordants. «Des anomalies ont été constatées dans plus de la moitié des établissements contrôlés (54%)», conclut l'administration, qui a mené des vérifications dans 1269 établissements, essentiellement spécialisés dans les produits alimentaires, et équipés d'un système de lecture optique des codes-barres. Au total, l'enquête a passé au crible 68.593 articles. «Le prix facturé était différent du prix affiché pour 7% des articles ayant été vérifiés.»

A qui coûte ces erreurs? D'après l'enquête, celles-ci sont «défavorables aux consommateurs dans six cas sur dix». C'est pourquoi la DGCCRF leur «recommande d'être vigilants à la lecture de leurs tickets de caisse et de se faire systématiquement reverser les trop-perçus», qui ne représentent le plus souvent que quelques centimes. Éplucher son ticket de caisse apparaît toutefois d'autant plus nécessaire que les anomalies de prix sont en légère hausse. Une précédente enquête menée en 2008 par la DGCCRF avait révélé que 52% des établissements contrôlés étaient en infraction. «Ces irrégularités ont donné lieu à la rédaction de procès-verbaux, d'injonctions de rectifier les dysfonctionnements constatés et de rappels à la réglementation.»

«Des erreurs techniques»

Pour sa défense, la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) - qui représente les poids lourds du secteur dont Auchan, Carrefour, Casino, Cora et Système U - assure que «les erreurs entre les prix affichés et les prix facturés en caisse sont des erreurs techniques». Interrogée par l'AFP, elle précise que «le nombre de références et donc de prix gérés est extrêmement important dans les magasins - 60.000 prix en moyenne dans un hypermarché - et les modifications de ceux-ci fréquentes». Or, certains prix peuvent parfois être mis à jour en caisse avant d'être modifiés en rayon, d'où les anomalies pointées du doigt par la DGCCRF.

Un argument que rejette l'association de consommateurs CLCV, en estimant que le dossier ne se résume pas à un «problème de mise à jour». Dans un contexte de hausse des prix alimentaires, qui ont bondi de 5,1% l'année dernière, selon elle, l'association n'hésite pas à accuser directement la grande distribution. «Ce résultat (de l'enquête de la DGCCRF, ndlr) nous incite à penser que les erreurs ne sont pas seules en cause mais que, dans un certain nombre de cas, c'est délibérément que l'on facture aux consommateurs un prix supérieur», réagit-elle dans un communiqué. «Face à ces pratiques, nous appelons les pouvoirs publics à sévir, par exemple en publiant les résultats par enseigne de ces contrôles.»

LIRE AUSSI:

» Les Français veulent dépenser moins de 6 euros par repas

» La crise de l'½uf frappe les biscuits et les pâtes

» Avertissements en chaîne dans le secteur la consommation

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • hivaoa le lundi 9 juil 2012 à 15:02

    il faut mettre un prix sur chaque article ! un point c'est tout ! marre des arnaques.

  • M608962 le lundi 9 juil 2012 à 11:37

    Un petit exemple de ce jour à10h29 (ticket de caisse Achat à intermarché de Valence d'Agen d'un paquet de Magnum mini infinity prix affiché 3.59€ passage en caisse prix facturé 4.04€ Réclamation remboursement sans problême de la différence soit 45 centimes et sans vérifier en rayon si la réclamation était juste ou non Etaient "surement" au courant de cette " Erreur "

  • tmf43 le dimanche 8 juil 2012 à 19:21

    Les prélèvements sociaux sont bien plus erronés que les prix dans les magasins, et toujours en défaveur du contribuable. Le système est ultra compliqué uniquement dans ce but, et les organismes (ass-vie, banques, entreprises, caisses de retraite, etc) prélèvent toujours le maximum pour se "couvrir". Mes réclamations, calculs à l'appui, m'ont font récupérer des milliers d'euros. L'état encaisse le produit de ce vol organisé et n'en fait aucun commentaire, la Dgcrf non plus !

  • blidara le dimanche 8 juil 2012 à 11:13

    Comme si c'était la seule fraude des distributeurs ; et les ventes en lot plus que cher que le produit à l'unité? un grand classique pour berner le consommateur qui croit que les 2 paquets de café sont moins cher le paquet tout seul.... ou la boite de 1KG plus cher que la petite de 450G et comme par hasard des poids qui ne permettent pas de comparer facilement!!!

  • j.b.heck le vendredi 6 juil 2012 à 17:19

    Il faudrai obliger la grande distribution de s'équiper avec des étiquettes électronique et le tout est règlé,mais 60à70 % des erreurs sont volontaires et au détriment du consommateur ... !

  • marc1956 le vendredi 6 juil 2012 à 16:23

    Solution technique pas plus chere: remplacer les lecteurs de code a barres (qui lisent la reference et laissent la caisse rechercher le prix correspondant dans la base de donnees) par des lecteurs optiques en clair des prix obligatoirement affiches sur tous les produits,au lieu de la reference seule. Cela assure l'identite du prix affiche et du prix facture.

  • jmarc.b le vendredi 6 juil 2012 à 15:56

    C'est pas d'aujourd'hui malheureusement pour nous,c'est pourquoi toujours vérifier sur les bornes.