Les prix des produits laitiers vont augmenter de 3% à 4% cette année

le
0

INFOGRAPHIE - La distribution devrait s'accorder sur une fourchette allant de 360 à 380 euros la tonne de lait. Les éleveurs, mécontents, se sont invités à la table des négociations qui prennent fin ce vendredi soir .

Les négociations annuelles sur le prix du lait entre distributeurs et fournisseurs s'achèvent ce soir. Les éleveurs, mécontents, se sont invités à la table des négociations. «Les prix de vente des industriels à la grande distribution sur certains produits laitiers vont bien augmenter de 3 à 4%, contre 1% l'an dernier», a confirmé au Figaro la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), suite à une information des Échos. Pour les producteurs, selon les informations dont on dispose, le prix du lait pourrait atteindre un niveau de 380 euros la tonne, quand les indicateurs de marché le permettent. Les Échos évoquaient un accord sur une fourchette allant de 360 à 380 euros la tonne de lait en 2014. Thierry Roquefeuil, secrétaire national du syndicat des producteurs de lait (FNPL) exigeait de «partir sur un prix de 380 euros les 1000 litres pour 2014».

Intermarché se serait déjà engagé sur un prix d'achat moyen de 365 euros, soit une hausse de 6% par rapport à 2013, selon le journal. Pour Thierry Roquefeuil, cité par les Échos, même si «c'est un premier pas», «il faudra rouvrir les négociations en milieu et en fin d'année lorsque le lait aura encore augmenté». Les groupes privés, quant à eux, ont souhaité des «tarifs fondés sur des prix de 400 à 420¤» pour ne plus avoir à rouvrir ces négociations.

Un enjeu de 500 millions d'euros pour les distributeurs

Lors d'une table ronde en avril dernier, réunissant les éleveurs laitiers, les industriels et la grande distribution à Paris, les principales enseignes de la grande distribution avaient avancé une hausse des prix d'achat du lait aux producteurs de l'ordre de 2 à 3 centimes le litre. Pour ne pas perde leurs clients, les enseignes n'avaient pas répercuté la hausse aux consommateurs. Elles avaient donc dû prendre sur leurs propres marges, «ce qui leur avait coûté 300 millions d'euros». Cette année, l'enjeu est encore plus grand et atteindrait 500 millions d'euros. Si la hausse des tarifs n'est pas appliquée à la date butoir du 1er mars prévue par la loi, ou si les enseignes reviennent sur leurs engagements, la FNPL a prevenu que les producteurs saisiraient la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), conclut les Echos.

infographie augmentation prix du lait 2014
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant