Les prix des logements anciens devraient baisser en 2012

le
0
Le marché immobilier d'Ile-de-France a fortement ralenti depuis l'été. Ce qui devrait se traduire par une baisse des prix en 2012, aussi bien à Paris que dans les autres départements de la région, selon la Fnaim.

Baisse du nombre de transactions, allongements des délais de vente, acquéreurs de plus en plus exigeants... Le marché immobilier francilien a commencé à se gripper pendant l'été. Ce qui se traduit sur le terrain par une stagnation, voire une baisse des prix des logements anciens. Et par un afflux de mandats dans les agences immobilières, note la Fnaim. Comme c'est toujours le cas quand le marché se tend, les particuliers peinent à vendre leurs biens et font donc appel à des agences immobilières.

Pour l'heure, «il s'agit d'un atterrissage des prix en douceur», selon la Fnaim. Depuis l'été, les prix stagnent à Paris et en petite-Couronne et commencent à baisser en grande couronne parisienne. A Saint-Germain en Laye, par exemple, la baisse devrait atteindre 4 à 5 % cette année en moyenne. Et 10 % environ dans les communes plus rurales des Yvelines où la demande de logements se raréfie. Dans ce département, certains vendeurs acceptent de brader les prix pour signer un compromis de vente avant le 1er février, date à partir de laquelle, la taxation des plus-values sera alourdie (il faudra attendre 30 ans pour qu'une résidence secondaire soit totalement exonérée d'impôt sur la plus-value contre 15 ans aujourd'hui). Une maison de 90 mètres carrés, estimée à 280.000 euros est ainsi partie à 230.000 euros. D'autres villes de grande et petite couronne, essentiellement peuplées par des ménages modestes, devraient elles aussi enregistrer des baisses de prix en 2011 (souvent de l'ordre de 5%). «Car le quatrième trimestre a été très mauvais», note la Fnaim. Mais, Paris n'est pas totalement épargnée. Les prix seraient en train de baisser. «En juillet, les prix étaient 22 % supérieurs à ceux de juillet 2010. Or, en septembre, la hausse sur un an n'était plus que de 17 %», souligne Pierre-Antoine Menez. Comme c'est toujours le cas, les prix baissent surtout pour les biens ayant des défauts.

L'année 2012 s'annonce assez difficile. «Le second semestre 2011 montre un fort ralentissement, cela augure d'un marché baissier en 2012, tant à Paris que dans la petite et grande couronne», explique Piere-Antoine Menez, vice-président de la Fnaim Ile-de-France. «Nous allons vers un marché qui fait la part belle aux acquéreurs», poursuit-il. D'autant que les agents immobiliers de la Fnaim constatent que dans de nombreuses communes, les banques commencent à être beaucoup plus exigentes, voire à fermer le robinet du crédit.

LIRE AUSSI:

» Immo: les prix devraient baisser en 2012

» Immobilier: des prix plus raisonnables en 2012

» Immobilier: on pourrait acheter plus grand en 2012

SERVICE:

» Retrouvez les annonces immobilières en Île de France avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMO SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant