Les prix des carburants vont repartir à la hausse

le
0
Le PDG de Total a annoncé que le groupe pétrolier allait répercuter à la pompe les récentes progressions des prix du brut. Une majoration de quatre centimes d'euro par litre est attendue

Christophe de Margerie persiste et signe. À la mi-avril, le patron de Total avait provoqué un tollé en affirmant que le super à deux euros le litre était quelque chose d'inéluctable. Cette fois, les propos sont plus nuancés mais pas moins fermes : en marge des Rencontres économiques à Aix-en-Provence, le patron de la compagnie française a déclaré que «les prix (du pétrole) étant plutôt à la hausse, il ne faut pas s'attendre à ce que sur le long ­terme les prix (des carburants) baissent».

Interrogé ce lundi sur Europe 1 , il a refusé de reprendre ce chiffre de deux euros car «il a été très mal interprété». «L'idée, c'est que dans dix ans, dans quinze ans, je ne sais pas où on sera mais de la même manière qu'il y a dix ans, on était à peu près dix fois moins cher qu'aujourd'hui, on sera forcement plus élevé, (...) parce que c'est la logique des choses»

L'enjeu est très clair pour Christophe de Margerie : «Si on ne répercute pas la hausse du baril, la boîte coule.» Dans ces conditions, alors que les départs en vacances vont s'intensifier au cours des prochains jours, les prix à la pompe s'apprêtent à prendre entre quatre et cinq centimes d'euro supplémentaires. «Le plus doucement possible, on va probablement augmenter d'abord d'un centime», a précisé le patron de Total sur Europe 1, insistant sur une hausse possible de «un à quatre centimes, le moins rapidement possible».

La décision de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), le 23 juin dernier, de puiser dans les stocks stratégiques pour faire baisser les cours aura donc eu un impact très limité. «L'effet a été instantané - le brut a chuté de 115 à 107 dollars, soit près de quatre centimes d'euro de moins à la pompe - mais les fondamentaux du marché ont rapidement repris le dessus», commente Jean-Louis Schilansky, le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip).

200 dollars le baril

En l'occurrence, c'est l'accroissement de la demande qui pèse sur les prix. Certes l'AIE a estimé au printemps que la flambée des cours commençait à ralentir la consommation mondiale, mais la barre des 90 millions de barils par jour (Mbj) n'est plus si éloignée. D'ailleurs, si la croissance se maintient, ce cap pourrait être franchi d'ici à la fin de l'année, toujours selon les scénarios de l'Agence.

En attendant, il est difficile de dire jusqu'où vont remonter les prix à la pompe. En fin de semaine dernière, le brent à Londres a clôturé au-dessus de 118 dollars. «Les cours tendent graduellement vers 120 dollars», indique Jean-Louis Schilansky qui précise que d'ici quelques jours les prix des carburants devraient retrouver leurs niveaux de début juin. Soit une moyenne de 1,50 euro pour le super sans plomb 95 et 1,33 euro pour le litre de gazole. Quant à la barre fatidique des deux euros le litre, elle correspond pour les ­experts à un prix de 200 dollars le baril. «Nous avons encore du ­répit», ajoute Jean-Louis Schilansky.

Dans ce dossier si sensible des prix des carburants - surtout en période estivale -, les pouvoirs publics continuent à se montrer très attentifs. Dimanche, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, Xavier Bertrand, a ainsi demandé à Total une «transparence totale» sur sa politique de prix. «Quand le pétrole augmente, les prix augmentent aussitôt. Quand le pétrole baisse, ça met toujours plus de temps», a-t-il déclaré sur Radio J. Mais Christophe de Margerie a fermement contredit ce lundi les propos du ministre: «Nous répercutons la hausse moins rapidement que nous répercutons la baisse et, j'insiste, surtout en période de grands départs. C'est une instruction que je donne personnellement à mes équipes. Donc M. le ministre du Travail (...) annonce des choses sans les vérifier, c'est dommage.»

LIRE AUSSI :

» Les prix du carburant vont de record en record

» Le litre d'essence vaudra 2 euros, selon le PDG de Total

» Les bonnes astuces pour économiser du carburant

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant