Les prix de l'immobilier ne baissent pas à Paris

le
0
Les prix des logements anciens ont baissé de 0,2% au troisième trimestre et de 1,4% en un an, selon les notaires. À Paris, les ventes de logements ont rebondi au troisième trimestre, tout comme les prix (+0,5%).

Traditionnellement, le troisième trimestre est le plus dynamique sur le marché immobilier. Cette année n'a pas échappé à la règle. Partout en France, le marché immobilier a assez bien résisté. Les prix des logements sont restés quasiment stables (-0,2%, soit -0,4% pour les maisons, mais +0,1% pour les appartements), selon l'indice Insee-Notaires. En un an, la décrue atteint 1,4% sur l'ensemble du territoire. En province, les prix ont très légèrement reculé de 0,1% au troisième trimestre (-0,5 % pour les maisons, mais + 0,8 % pour les appartements). En an, la baisse des prix atteint 1,5% (-0,8% pour les appartements et -1,8% pour les maisons).

La tendance est assez comparable en Ile-de-France où le marché a légèrement rebondi. Les ventes de logements ont augmenté de 14% au troisième trimestre, par rapport à la même période de 2012, particulièrement difficile. Dans le détail, les volumes de transactions ont progressé de 14% à Paris, de 12% en petite couronne et de 16% en grande couronne. Mais ces chiffres sont en trompe l'½il, soulignent les notaires franciliens. «Sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes de logements anciens restent équivalentes à celles de 2012, c'est-à-dire à un niveau historiquement faible», notent les notaires.

De plus en plus d'acquéreurs étrangers

Comme cela est le cas depuis deux ans déjà, le recul des volumes de transactions ne fait pas baisser les prix de la pierre. À Paris, ils ont même légèrement augmenté de 0,5% au troisième trimestre (par rapport au deuxième trimestre), à 8260 euros le m2. En un an, les prix ont baissé de 2,1% seulement (180 euros de moins le m2) dans la capitale. Cette tendance se poursuit. Selon les promesses de ventes qui viennent d'être signées, les prix passeront à 8200 euros en fin d'année.

Dans les autres départements de l'Ile-de-France, la tendance est comparable. En petite couronne, les prix des appartements anciens ont progressé de 0,6% au troisième trimestre à 4420 euros en moyenne, mais ils ont reculé de 1,3% en un an. En grande couronne, la hausse des prix trimestrielle atteint 1,4% à 3110 euros le m2 en moyenne. En un an, les prix ont quasiment stagné (-0,7%).

Les raisons de cette stabilité des prix sont diverses. «La demande potentielle reste élevée alors que la pénurie de logements demeure», justifient les notaires. De plus, les taux des crédits immobiliers particulièrement bas ont aussi apporté une bouffée d'oxygène à certains acquéreurs.

Les acheteurs étrangers sont eux de plus en plus nombreux dans la région et atteignent même des niveaux records. À Paris, leur part est passée de 7,3% au deuxième trimestre à 7,9% au troisième, principalement des Italiens (21,3 %), suivis par des Chinois résidents en France (6%).

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières avec Explorimmo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant