Les prix de l'immobilier grec continuent leur dégringolade

le
1

La chute des prix dure depuis 7 ans, depuis que la récession s’est abattue sur la Grèce. Le chiffre est astronomique : les prix ont baissé de 41,5% depuis 2008.

Les prix du marché immobilier grec ont baissé de 5,1% en 2015, accusant ainsi une chute de 41,5% depuis 2008, avant que la récession ne s’abatte sur la Grèce. Les prix des appartements ont diminué de 5,4% au quatrième trimestre, par rapport à la période comparable de l’année précédente, a déclaré la Banque de Grèce, après une contraction de 5,8% le trimestre précédent, un ralentissement qui ne permet pas d’affirmer que la chute des prix touche à sa fin.

«La baisse cumulée de 41% est un ajustement des prix considérable mais afin d’être en mesure de dire que nous en voyons le terme, il faut une stabilisation de trois facteurs d’influence: le revenu disponible des ménages, les impôts fonciers et une amélioration des perspectives économiques», a dit Ilias Lekkos, économiste en chef de la Banque du Pirée. Les biens immobiliers représentent une large part de la richesse des ménages en Grèce, le pays comptant l’un des taux de propriété immobilière les plus élevés d’Europe, soit 80% contre 70% pour la moyenne européenne, selon l’European Mortgage Foundation.

Les yeux doux des investisseurs étrangers

Le déclin des prix immobiliers s’est ralenti, depuis des baisses de 10,8% en 2013 et de 7,5% en 2014, mais alors qu’il semblait que le ralentissement serait encore plus important au début de 2015, avec une baisse annuelle qui n’était plus que de 4%, une rechute s’est produite au second semestre. C’est l’autre facette de la crise grecque, dont Le Figaro Immobilier vous parlait déjà cet été: des villas et des biens immobiliers d’authenticité à prix cassés.

Quels sont les spots les plus prisées? Les îles grecques emblématiques comme Mykonos, Rhodes, Santorin, ou Corfou. «Sur le marché immobilier grec, vous pouvez trouver de belles opportunités», expliquait Alexandros Moulas, associé à Athènes du réseau Savills. En plus de Mykonos et de Santorin, les acheteurs se ruent également sur Porto-Heli, une station balnéaire qui est considérée par certains comme une déclinaison grecque des «Hamptons». Pour payer moins cher, certains préfèrent orienter leurs recherches dans les îles moins populaires et plus reculées.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kpm745 il y a 11 mois

    Le même scénario se reproduira en France. Voir stat. Friggit