Les prix de l'immobilier ancien remontent en région parisienne

le
2

Un effet qui est du à la saisonnalité, et qui ne devrait pas s’installer à moyen terme, selon les notaires d’Île-de-France, qui constatent également une augmentation des ventes de logements.

C’est un refrain qui revient chaque année. Durant l’été et au fur et à mesure que se rapproche la rentrée, les prix dans l’ancien se stabilisent, puis finissent par progresser à la fin de l’été, selon la dernière note de conjoncture des notaires d’Île-de-France. Pourquoi ce soubresaut? Tout simplement parce qu’à l’approche de la rentrée, les foyers franciliens s’activent plus fortement afin de pouvoir disposer de leur bien avant le mois de septembre.

Cette très légère accélération des prix est donc largement due à la saisonnalité, et ne peut pas être représentative d’une tendance qui va s’installer durablement. En Île-de-France, les prix sont toujours en recul annuel de 2%, avec une baisse qui est davantage prononcée pour les appartements, à 2,5%, que sur les maisons, dont les prix ne reculent que de 0,8%. En région parisienne, le prix au mètre carré d’un logement s’élevait à 5220 euros en mai, soit un recul de 2,3% en un an. À Paris intra muros, le prix de la pierre a reculé de 3,1%, à 7880 euros au mètre carré.

Les ventes en hausse de 6% sur un an

Autre point positif de cette étude: le nombre de transactions réalisées! Un frémissement qui avait été anticipé par les professionnels de l’immobilier. De février à avril 2015, pas moins de 32.650 logements ancien ont été vendus en Île-de-France. Soit une hausse significative de 6% par rapport à la même période il y a un an. À Paris, toujours sur cette même période, c’est 7000 appartements qui ont été vendus, soit 3% de plus que l’année passée. Avec ces chiffres, le marché a renoué avec un niveau identique à celui des dix dernières années. Si l’on prend le détail, on constate que ce sont les transactions réalisées en Grande Couronne qui ont engendré cette amélioration: les ventes y ont augmenté de 10% entre février-avril 2014 et la même période en 2015.

Cette progression est visible pour les appartements (bond des ventes de 11%) comme pour les maisons (dont les ventes ont augmenté de 9%). Ces évolutions positives se vérifient également dans les départements des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne, qui enregistrent des résultats similaires, indique la note des notaires. Seul bémol: la Seine-Saint-Denis où le nombre de ventes a chuté pour les maisons comme pour les appartements.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kpm745 le vendredi 31 juil 2015 à 07:20

    Quand on regarde le nombre de produits sur le pap et se loger en région parisienne qui traînent depuis un an sans trouver un acheteur on peut se poser la question sur la crédibilité de ce genre d'études !!

  • dlabore le jeudi 30 juil 2015 à 16:10

    donc çà baisse encore