Les prix de l'essence frôlent leurs records de 2008

le
0
INFOGRAPHIE - Le sans plomb 95 s'est monnayé 1,49 euro le litre la semaine dernière, et le sans plomb 98 1,52 euro. Des prix tirés par la flambée du prix de l'or noir.

Des prix à la pompe quasiment au plus haut. Conséquence d'une flambée des prix du pétrole la semaine dernière, les prix moyens pratiqués ces derniers jours dans les stations-services se sont inscrits en forte hausse, selon les chiffres publiés ce lundi par la direction de l'Energie et du Climat (DGEC).

Le super sans plomb 95 et le super sans plomb 98 se monnayaient respectivement en moyenne 1,49 euro et 1,52 euro le litre, non loin de leurs records de juin 2008, à 1,497 euro et 1,53 euro. Le litre de gazole s'est de son côté vendu 1,328 euro en moyenne, contre 1,45 euro le 30 mai 2008.

Poussé par les soulèvements populaires au Moyen-Orient et les craintes que fait peser la crise politique en Libye sur la production de pétrole, le prix du baril de brent avait atteint des sommets en milieu de semaine, côtoyant jeudi les 120 dollars après une hausse de 10% en une séance.

220 dollars le baril au prochain semestre?

L'Arabie saoudite a contribué vendredi à apaiser les craintes d'une pénurie de l'offre, ramenant le brent autour des 110 dollars. Mais les hausses enregistrées ces derniers jours n'en continueront pas moins de se faire sentir à la pompe. Car les prix du brent se répercutent toujours avec un certain délai sur les tarifs affichés en station-service. Un temps de latence que Jean-Louis Schilansky, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), estime à dix à douze jours.

Les automobilistes peuvent donc s'attendre dans les jours à venir à de nouvelles hausses de prix, d'autant plus fortes que la parité euro-dollar amortit moins ces fluctuations qu'en 2008. Le niveau élevé de l'euro permettait alors de compenser en partie le coût de l'or noir, libellé en dollars. Mais si un euro équivalait à 1,55 dollar en juin 2008, il ne s'échange plus aujourd'hui que 1,37 dollar, selon la Banque de France.

Il est par ailleurs à craindre que la hausse des prix du pétrole constatées ces derniers jours ne se poursuive. Les récentes prévisions de la banque Nomura ne sont pas rassurantes. Le courtier japonais jugeait ces derniers jours que le cours de l'or noir pourrait atteindre 220 dollars le baril d'ici un semestre, si la crise politique au Moyen-Orient engendrait un blocage de la production de la Libye et de l'Algérie. Ce matin, le début d'un mouvement contestataire au sultanat d'Oman a à nouveau poussé le prix du baril de brent à Londres au-delà des 113 dollars.

LIRE AUSSI :

» L'essence à plus de 1,30 euro : c'est parti pour durer

» INFOGRAPHIE - Les prix du carburant à la loupe

» Le pétrole pourrait flamber à plus de 220 dollars le baril

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant