Les principales Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
LES BOURSES EUROPEÉENNES HÉSITENT DANS LES PREMIERS ÉCHANGES
LES BOURSES EUROPEÉENNES HÉSITENT DANS LES PREMIERS ÉCHANGES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en baisse mercredi - hormis Zurich - pour la quatrième séance d'affilée mais la tendance devenait plus irrégulière dans la première demi-heure d'échanges, plusieurs places remontant dans le vert, certaines d'entre elles ayant du mal à se trouver une direction.

Le CAC 40 grignotait 0,01% à 4.118,02 points, tandis que le FTSE prenait 0,29% et que le Dax ne cédait plus que 0,08%. L'Eurofirst 300 avançait de 0,23% et l'EuroStoxx 50 de 0,03%.

L'indice des financières affichait la plus hausse la plus forte, de 0,88%.

Les indices MSI semblaient signaler une stabilisation, si ce n'est un mieux, des places boursières. L'indice mondial, en léger repli mardi en fin de journée, affichait un gain de 0,23%, tandis que celui des marchés émergents ne cédait plus que 0,03%.

Influencée ces derniers temps par les remous des marchés émergents, les Bourses sont par ailleurs confrontées aux publications de résultats qui battent leur plein et l'Europe de ce point de vue semble donner moins de satisfaction que les Etats-Unis.

"La croissance des résultats en Europe a été négative ces deux dernières années. Si les résultats ne s'améliorent pas durant les prochains mois, 2014 se révèlera une année difficile pour la Bourse", dit Koen de Leus (KBC).

La journée est marquée sinon par la publication des indices PMI des services de part et d'autre de l'Atlantique. Un autre indicateur risque d'être très suivi, l'enquête sur l'emploi privé ADP aux Etats-Unis, dans la perspective de la publication de la statistique de l'emploi de janvier.

Aux valeurs, Unibail-Rodamco accuse la plus forte baisse de l'indice EuroStoxx 50 (-2,8%). La foncière franco-néerlandaise a pourtant fait état mardi d'une hausse de son résultat net récurrent (RNR) par action supérieure à ses propres prévisions mais est pénalisée par ses perspectives.

ING en revanche est la plus forte hausse de ce même indice, avec un gain de 2,39%. Crédit Suisse a inscrit le groupe financier dans sa liste de référence et garde une recommandation de surperformer.

Syngenta recule lui de 2,4%. Le géant suisse des produits phytosanitaires a annoncé mercredi un nouveau programme d'économies à la suite d'un recul de 11% de son bénéfice net en 2013.

Ce contexte encore très incertain favorise des monnaies comme le yen, jugé valeur refuge, qui continue de progresser contre le dollar et l'euro. Le dollar australien continue lui de bénéficier du fait que la Banque de Réserve australienne exclut toute nouvelle baisse des taux.

Les contrats pétroliers sont orientés à la hausse, en raison d'une baisse des stocks de brut américain annoncée par l'Institut américain du pétrole (API).

Sur le marché obligataire, les futures du Bund fluctuent étroitement, dans une marge de 143,95 à 144,04 et dans des volumes limités, beaucoup de traders londoniens ayant du mal à rejoindre leur poste en raison de problèmes de transport.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant