Les principales Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
LA BOURSE DE PARIS DANS LE ROUGE À L'OUVERTURE
LA BOURSE DE PARIS DANS LE ROUGE À L'OUVERTURE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse mercredi après l'échec des discussions entre les ministres des Finances de la zone euro et les représentants du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque centrale européenne (BCE) sur la réduction de la dette grecque à un niveau soutenable de 120% du PIB, alors que les investisseurs avaient largement anticipé un accord mardi.

A Paris, le CAC 40 recule de 0,48% à 3.445,92 points vers 9h20. À Francfort, le Dax cède 0,32% et à Londres, le FTSE perd 0,27%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 accuse un recul de 0,49%.

Au terme de près de douze heures de négociations, les représentants des différentes composantes de la "troïka" ont dû se résoudre au petit matin à prévoir une nouvelle réunion, la troisième du mois, lundi prochain 26 novembre, le temps d'obtenir le consensus nécessaire au versement d'une nouvelle tranche d'aide à la Grèce.

Norbert Barthle, responsable des questions budgétaires du parti chrétien-démocrate (CDU) de la chancelière allemande Angela Merkel, a répété mercredi qu'il était hors de question d'effacer une partie de la dette grecque, comme le souhaite le FMI.

"Il n'y a pas de désaccord politique majeur", a affirmé de son côté Jean-Claude Juncker, président de l'Eurogroupe. "Nous sommes près d'un accord, mais des vérifications techniques doivent être menées, des calculs financiers doivent être effectués" dans l'optique d'un report de l'objectif de 120% de 2020 à 2022.

En attendant, l'absence d'accord à Bruxelles est un élément supplémentaire d'incertitude pour les acteurs des marchés, déjà préoccupés par l'approche du "mur budgétaire" américain dont le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, a prévenu mardi soir qu'il pourrait replonger les Etats-Unis dans la récession.

Dans une allocution prononcée devant le Club économique de New York, Ben Bernanke s'est en revanche dit confiant pour l'économie américaine en 2013 si démocrates et républicains parviennent à s'entendre avant la fin de l'année au Congrès.

Aux valeurs, Veolia Environnement (+1,82%) poursuit son redressement après l'annonce de la finalisation de la vente de ses activités déchets solides aux Etats-Unis au groupe ADS Waste Holdings pour un montant total représentant une valeur d'entreprise de 1,9 milliard de dollars (environ 1,49 milliards d'euros).

La Bourse de Tokyo a terminé en hausse de 0,87%, les exportateurs bénéficiant de la faiblesse du yen, tombé mercredi à un plus bas de sept mois et demi par rapport au dollar.

Les exportations japonaises ont cependant reculé pour le cinquième mois consécutif en octobre, le ralentissement de l'activité en Chine et la faible demande mondiale continuant de peser sur les ventes à l'étranger de la troisième puissance économique mondiale.

Sur le marché des changes, l'euro accuse le coup de l'échec des discussions de Bruxelles, cédant environ 0,4% par rapport au billet vert à 9h10.

Sur le marché obligataire, les futures sur Bund allemands, traditionnelle valeur refuge, sont en hausse d'une dizaine de "ticks" à 142,48. Le spread entre les rendements de la dette grecque et allemande à dix ans ne s'élargit toutefois que de 7 à 8 points de base dans les premiers échanges.

Les cours du pétrole rebondissent un peu en raison notamment des tensions au Proche-Orient, où la trêve un temps annoncée mardi dans la bande de Gaza tarde à se concrétiser.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant