Les principales Bourses européennes en légère baisse à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉEENNES LÉGÈREMENT DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉEENNES LÉGÈREMENT DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE

Répétion mastic

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes restent en légère baisse mercredi à mi-séance, les investisseurs continuant de prendre leurs bénéfices après les pics atteints la semaine dernière. Les préoccupations concernant les mauvais chiffres de la reprise économique mondiale tirent également les indices à la baisse.

À Paris, le CAC 40 perd 0,04% à 3.695,07 points vers 11h30 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,17% et, à Londres, le FTSE perd 0,39%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 cède 0,29%.

La Banque mondiale a très nettement réduit mardi ses prévisions de croissance mondiale pour 2013, invoquant des performances médiocres à attendre dans les pays développés.

Autre indicateur de ralentissement de la croissance mondiale, les investissements directs étrangers en Chine ont baissé pour la première fois en trois ans de 4% en 2012.

Les futures sur indices signalent la même tendance avec une ouverture de Wall Street en légère baisse.

L'indice Stoxx du secteur automobile européen maintient sa baisse de 0,2% après l'annonce d'un nouveau recul (-16,3%) des immatriculations de voitures neuves en décembre dans l'Union européenne, quinzième mois consécutif de baisse. Sur l'ensemble de l'année 2012, elles ont baissé de 8,2%.

Les bancaires pèsent aussi sur la tendance avec l'indice sectoriel européen qui cède 1,92% dans l'attente des résultats des banques américaines. Société Générale enregistre la plus forte baisse de l'indice parisien (-4,34%) sur des propos jugés négatifs tirés à son directeur financier.

Safran (+1,32%) enregistre la troisième plus forte hausse de l'indice parisien après des commentaires positifs de Credit Suisse.

A Londres, Anglo American (-3,01%) tire le Footsie à la baisse en réaction à un arrêt de travail dans une des mines sud-africaines de sa filiale Amplats.

Sur le marché des changes, le yen a enregistré son deuxième jour consécutif de hausse après la mise en garde du ministre des Finances Akira Amari, pour qui une faiblesse excessive du yen pourrait avoir un impact négatif sur le pouvoir d'achat des Japonais en renchérissant le coût des importations.

L'euro est reparti à la hausse contre le dollar après avoir enregistré une légère baisse ce matin après les déclarations de Jean CLaude Juncker, président sortant de l'Eurogroupe, qui a estimé mardi soir que le taux de change de la devise européenne était à un niveau "dangereusement élevé". Ewald Novotny, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, a au contraire estimé que le niveau de l'euro n'était pas source d'inquiétude et qu'il ne fallait pas surestimer ses fluctuations à court terme.

Sur les marchés obligataires, l'Allemagne a émis 4,01 milliards d'euros d'obligations à échéance dix ans qui ont rencontré une forte demande. Le rendement moyen s'est établi à 1,56% contre 1,4% au mois de novembre.

Les cours du pétrole sont en légère hausse, tirés par les bons chiffres des ventes au détail publiés mardi aux Etats-Unis, premier pays consommateur de brut.

Constance De Cambiaire pour le service français

(Constance De Cambiaire pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant