Les prévenances de la diplomatie made in Dakar

le
0
Depuis son arrivée en Argentine, il y a 7 ans, les organisateurs (ASO) ont adapté leur façon de travailler aux particularismes régionaux.
Depuis son arrivée en Argentine, il y a 7 ans, les organisateurs (ASO) ont adapté leur façon de travailler aux particularismes régionaux.

Pour la 4e étape de l'épreuve, ce mercredi, les concurrents du Dakar vont traverser une première frontière depuis le début du rallye-raid, entre l'Argentine et le Chili. A 4800 mètres d'altitude, au passage de Paso San Francisco, ils quitteront l'Argentine pour découvrir les pistes chiliennes. Cette année, le Dakar traverse trois pays au total (Argentine, Chili, Bolivie) et les organisateurs - Amaury Sports Organisations (ASO) - n'écartent pas la possibilité d'en découvrir de nouveaux dans les années à venir (sud du Brésil, Paraguay, Colombie entre autres). Pour assurer ces tracés à partir de pays ayant leur propre particularisme politique, AS0 a mis de nombreux dispositifs en place. Une sorte de diplomatie made in Dakar dont Gregory Murac, en charge des relations extérieures, explique le détail au Point.fr. En Argentine, "ne pas négliger les provinces" Lorsque le Dakar a débarqué Amérique du Sud, il y a six ans, Greg Mura ne cache pas que les promoteurs ont mis du temps à rôder l'organisation. Ils se rendaient dans des offices de tourisme, en Argentine, pour découvrir les lieux potentiels afin d'y faire traverser les concurrents. C'est une rencontre avec l'ambassadeur de France en Argentine, à Buenos Aires en mars 2008, qui a permis à ASO de disposer "de précieux conseils" d'après Gregory Mura. Il s'explique : "l'ambassadeur nous a d'abord expliqué qu'il ne fallait pas tenter de comprendre comment fonctionne la politique en Argentine :...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant